Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article


Comment

Dernières dépêches



Politique

Gels des avoirs, promotions dans l`armée : D`importantes mesures prises, hier, à Yamoussoukro / Les hautes autorités de développement dégommées
Publié le jeudi 21 juillet 2011   |  Soir Info


Bonne
© Abidjan.net par Nathan Kone
Bonne gouvernance: le séminaire gouvernemental a pris fin
Mercredi 6 juillet 2011. Abidjan. Palais présidentiel du Plateau. Le chef de l`Etat, SEM Alassane Ouattara a mis fin aux travaux du séminaire qui a regroupé tous les membres du gouvernement


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Un conseil des ministres s`est tenu le mercredi 20 juillet 2011 à la fondation Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix de Yamoussoukro. Placé sous la présidence effective du chef de l`Etat, le président Alassane Ouattara, le conseil a abordé plusieurs questions essentielles. Il s`agit, entre autres, du gel des avoirs des cadres de La Majorité présidentielle (Lmp), des nominations au niveau de l`armée et de la mise sur pied d`une commission nationale d`enquête afin que « la vérité éclate sur les événements post-électoraux en Côte d`Ivoire ». Démarrée à 10h, la réunion s`est achevée aux alentours de 12h30. Selon le point fait par le ministre Bruno Koné, porte-parole du gouvernement, il ressort que le conseil a adopté définitivement le plan d`action issu du récent séminaire gouvernemental de Bassam. « Chaque ministre a désormais sa feuille de mission et les actions à mettre en œuvre dans son département ministériel », a expliqué le porte-parole. Non sans ajouter qu`une évaluation sera faite par chaque ministre dans 06 mois. Un des importants points qui ont été abordés concerne le gel des avoirs de partisans de l`ex-chef d`Etat. On retiendra qu`il a été décidé de proposer au procureur de la République en charge du dossier, la levée dans un bref délai de cette mesure conservatoire pour un certain nombre de personnes dont la liste devrait être publiée plus tard par les services du ministère de la Justice et des Droits de l`Homme. « Il s`agit notamment, des personnes qui avaient subi ces sanctions décidées au plan national. Certaines autres mesures demeurent pour l`instant, même si les discussions sont en cours. C`est le cas, en particulier, des mesures assises sur les décisions de l`Union européenne », a précisé Koné Bruno qui a indiqué que « pour cette première liste, une trentaine de personnes sont concernées ». Le porte-parole du gouvernement a aussi abordé la question relative aux nouveaux grades de commandants dans l`armée. « Il a été question de la promotion, à titre définitif, aux grades de commandants d`un nombre de militaires (gendarmes et marins). C`est une décision importante prévue par l`accord de Ouaga. Après les mesures transitoires, il s`agit de mettre ces dispositions dans un cadre officiel et définitif », a mentionné le ministre Koné Bruno avant de préciser que les noms des militaires concernés par cette décision seront publiés. Aussi, le porte-parole du gouvernement a-t-il fait savoir que le président de la République a pris, lors de ce conseil des ministres, deux importants décrets: l`un portant sur la suppression des hautes autorités de développement et l`autre sur la mise en place d`une commission nationale d`enquête. « Il se trouve que ces hautes autorités marchent sur les pieds des collectivités territoriales prévues par la constitution et par les lois. Donc, il y avait des conflits de compétences », a-t-il noté. Quant à la commission nationale d`enquête sur les atteintes aux droits humanitaires, il a estimé que beaucoup de choses ont été dites ici et là, sans que la vérité ne soit sue. « Il s`agit de rechercher ces faits, de comprendre les causes de ces faits graves produits en Côte d`Ivoire. C`est une commission très importante et diversifiée dans sa composition. Elle a sa feuille de route dès aujourd`hui et doit mener ces enquêtes, pour faire son compte rendu à la population ivoirienne et à l`opinion internationale dans 06 mois », a conclu le ministre Koné. Pour le reste, le porte-parole du gouvernement a indiqué que Yamoussoukro abriterait de plus en plus les réunions gouvernementales. Car le chef de l`Etat a souhaité que le transfert de la capitale politique soit une réalité.

Camille SIABA
(A Yamoussoukro)

LIENS PROMOTIONNELS