Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article


Comment

Dernières dépêches



Politique

Faits marquants : Remboursement
Publié le jeudi 21 juillet 2011   |  Le Patriote




Vos outils
height=28

PARTAGEZ

Quand ils étaient aux affaires, toute honte bue et fidèles à leur politique de mensonge, ils criaient sur tous les toits que ce sont les contribuables de notre carré qui assuraient le salaire mensuel des fonctionnaires français. Ils le claironnaient en se bombant la poitrine. Ils étaient fiers, nos refondateurs de dire que la Côte d’Ivoire payait les travailleurs de l’hexagone. Pour eux, grands économistes, c’était une très grande revanche que prenait l’ancienne colonie sur l’ancien colonisateur. Le chef de la refondation, selon leurs discours étaient tellement fort qu’après avoir satisfait péniblement les travailleurs de chez lui, il trouvait encore suffisamment de ressources physiques et financières pour soutenir l’économie française. Pour prouver aux dirigeants français qu’il vilipendait à la moindre occasion, pour se moquer d’eux, chaque fin du mois, il allongeait un chèque où les zéro s’alignaient à perte de vue devant le trésor du pays du coq chantant. Il démontrait ainsi, le président de la seule Côte d’Ivoire utile, qu’il était plus puissant que le président de tous les Français. Sacré bonhomme ! Dès lors, le bon peuple de Côte d’Ivoire pourquoi les partisans de l’ancien opposant historique restés au pays, s’offusque d’entendre le Premier ministre français dire, en toute transparence, les efforts faits par son pays, pour soulager le fonctionnaire ivoirien. Pour eux, oubliant qu’ils ont vidé toutes les caisses de l’Etat avant de fuir ou se faire prendre comme de vulgaires bandits, le nouveau pouvoir devait rester les bras croisés, nourrir les travailleurs de belles paroles. Pourtant, l’houphouétiste et économiste, nouvel homme fort d’Abidjan avait dit à ses compatriotes que chercher l’argent c’est son travail. Il le démontre à présent. Bien que les caisses de l’Etat soient vides et les outils de production détruits, l’agent du public continue d’être payé, la ville d’Abidjan s’est remise à faire sa toilette, les opérateurs économiques reçoivent des appuis nécessaires etc. Le monde bouge, le pays change, les refondateurs semblent ne pas être satisfaits de cette situation. Sinon, ils seraient plutôt en train d’applaudir le nouveau président de la République. Tout patriote qui se respecte, devrait être content que le flux de l’argent entre la France et notre carré se soit renversé. Avec Gbagbo, disait-on l’argent allait en France pour les fonctionnaires (ne riez pas !), avec l’ancien directeur général adjoint du FMI, l’argent quitte la France pour enrichir le trésor national. Ce remboursement, s’il en est réellement un, n’est-il pas une bonne chose ? Si, répond le bon peuple. Non, répondent les pseudo-patriotes. Mais, les chiens aboient et la caravane passe.

LIENS PROMOTIONNELS