Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Société
Article


Comment

Dernières dépêches



Société

Korhogo : Les FRCI retrouvent le véhicule volé du chef de village de Gnaliépa
Publié le jeudi 21 juillet 2011   |  Le Patriote




Vos outils
height=28

PARTAGEZ

Mercredi 20 juillet, 16h52, cette minute passée au camp de l’état-major des FRCI de Korhogo est comme par extraordinaire, la plus heureuse de toutes celles traversées par le chef Dallys Moloko André, chef du village de Gnaliépa, dans la sous-préfecture de Ouragahio, depuis le 03 avril dernier. Et pour cause, il venait de recevoir à cet instant des mains du lieutenant Soro Ardjouma des Forces Républicaines de Côte d’Ivoire, les clés de son véhicule qui lui a été arraché depuis le 03 avril par cinq individus armés. Le véhicule de type 4x4, une KIA SORENTO de couleur noire immatriculée 1737 EV02 a été interceptée par les hommes du Comsecteur de Ouangolo avec à son bord le sieur Soro Siendou qui se dirigeait certainement vers la frontière. Le braqueur de véhicule est selon le lieutenant Soro dans les locaux disciplinaires des FRCI de la gendarmerie de Korhogo. Le chef Moloko était venu pour la circonstance accompagné d’une délégation qui comprenait son collègue Kouassi Ouraga Bertin, chef de village de Mama. Après avoir reçu ses clés, d’une voix étreinte par l’émotion, l’ancien arbitre international de football qui en a vu bien d’autres a fait la déclaration suivante : « je voudrais dire toute mon émotion et remercier le commandant Fofié dont la vigilance des éléments a permis d’intercepter mon véhicule. Je voudrais aussi le remercier pour le bon traitement qu’il accorde à notre frère, l’ex-chef de l’Etat dont nous avons des nouvelles de bonne santé par la presse. Je suis bété et avec la franchise qui nous caractérise, nous partons convaincus que notre frère est bien traité ». Il a également adressé des remerciements chaleureux au délégué général des Forces Nouvelles, Soro Kanigui Mamadou qui les a reçus et servi de guide avant de révéler : « Avant de venir ici, on avait le stress. Mais, l’accueil que le délégué nous a réservé nous a rassurés». Pour corroborer ses propos, le chef raconte que lorsque dans la nuit du 31 mars, les coups de feu ont éclaté dans son village, il est allé se réfugier dans le bois sacré, à sept kilomètres du village. Mais lorsqu’il a pris contact avec Abel Djohoré, membre des Forces Nouvelles, ce dernier, venu lui demander de sortir de la brousse, lui a déclaré : « En tant que chef du village, tu représentais Gbagbo quand il était au pouvoir. Aujourd’hui, tu représentes le président Ouattara. Ta place n’est pas en brousse mais dans ton village. » Sur ces propos, c’est avec beaucoup de conviction que le chef Moloko lève le voile sur les éventuels soupçons: « Ce n’étaient pas des éléments des Forces Nouvelles qui ont pris mon véhicule. C’étaient des voleurs ». Après quoi, il a signé la décharge qui lui restitue son véhicule au volant duquel il va s’installer, le visage barré par un large sourire qui signe la fin de cet épisode malheureux tout en écrivant pour les membres de cette délégation une large page de vérité sur un aspect d’identité qu’ils étaient loin d’imaginer chez les Forces Nouvelles
Mack Dakota, Correspondant

LIENS PROMOTIONNELS