Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article


Comment

Dernières dépêches



Politique

Construction de la nouvelle armée : Les grades des commandants ex-FaFn confirmés
Publié le jeudi 21 juillet 2011   |  Nord-Sud


État-major
© Abidjan.net par PRISCA
État-major des Armées: les nouveaux chefs prennent le commandement
Mercredi 20 juillet 2011. Abidjan. Photo: le chef d`état major, le général Soumaila Bakayoko remet le drapeau au nouveau Commandant de la marine nationale, le capitaine de vaisseau major Djakaridja Konaté


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Videos
Le conseil des ministres d’hier à Yamoussoukro a pris une importante décision dans le sens de la construction de la nouvelle armée : les grades des commandants issus des ex-Forces armées des Forces nouvelles (ex-FaFn) ont été confirmés.


Si le conseil des ministres, d’hier, à Yamoussoukro restera gravé dans les annales de la Côte d’Ivoire de l’après Laurent Gbagbo, ce n’est pas seulement parce qu’il est le tout premier qu’a abrité la capitale politique. Mais parce que d’importantes décisions ont été prises dont la confirmation des grades des commandants issus des ex-Forces armées des Forces nouvelles (ex-FaFn). « La quatrième chose qui a été décidée est la promotion, à titre définitif, au grade de commandant, d’un certain nombre de militaires », a confié Brunot Koné, le porte-parole du gouvernement, qui faisait un point de la réunion. « C’est là, a-t-il poursuivi, une décision importante qui était prévue par l’Accord de Ouaga. Pour ceux qui ont suivi la marche de cet accord, une décision transitoire avait été prise. Il s’agit de mettre ces décisions-là dans un cadre officiel et définitif ». A l’en croire, il s’agit d’une dizaine de personnes. Ce qui correspond au nombre des commandants de zone des ex-Forces nouvelles. Et, selon une source proche de la réunion, il s’agit bien des ex-com’zones.

Alassane Ouattara : «il faut les récompenser»

Les nouvelles autorités veulent, à travers ce geste, « récompenser » les anciens commandants de zones devenus commandants de groupement tactique après la création des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci). Le président de la République, Alassane Ouattara, l’a clairement affirmé lors de la réunion qui s’est tenue à la Fondation Félix Houphouet-Boigny. Selon le chef de l’exécutif ivoirien, il faut « récompenser » ces hommes qui ont combattu pour l’instauration de la démocratie en Côte d’Ivoire. Il a expliqué que, comme ce fut le cas dans d’autres pays, ceux qui ont fait la guerre sont intégrés dans l’armée avec les grades qu’ils ont utilisés pour combattre. Pour faire donc les choses selon l’usage, les anciens rebelles seront confirmés dans leurs fonctions de commandants. Et, après, suivra l’avancement normal dans la hiérarchie militaire. Le grade de lieutenant-colonel n’est donc pas loin.
Brunot Koné a soutenu qu’en plus du point précédent, quatre autres étaient à l’ordre du jour. Notamment des nominations de directeurs de cabinet. Pour le porte-parole, cela marque la « mise en marche du gouvernement, dans la mesure où les directeurs de cabinet sont les premiers collaborateurs des ministres». Il a précisé qu’ «il s’agit de régularisation» : «Pour la plupart, ils étaient déjà en fonction». Le conseil a également adopté la matrice d’actions gouvernementales. Ce qui a fait dire à l’intervenant que chaque ministre a désormais sa feuille de route. Il a rappelé qu’une évaluation sera faite dans six mois par le président de la République et par le Premier ministre. La réunion a, a rapporté le ministre, abrogé le décret portant création et organisation des autorités nationales de développement. « Ces autorités marchaient sur les pieds des collectivités territoriales », a-t-il expliqué. Le ministre des télécommunications a informé de la création d’une commission nationale d’enquête sur les événements de la crise post-électorale. De même que de la décision de dégeler les avoirs d’une trentaine des proches de l’ancien président. Brunot Koné a surtout insisté sur le symbole que marque la tenue des conseils de gouvernement, la veille, et des ministres dans la capitale politique. C’est, selon lui, la matérialisation du transfert effectif de la capitale. Il a averti que les réunions dans la capitale des Lacs seront multipliées. Et, qu’un conseil des ministres devrait s’y tenir au moins une fois chaque mois.


Bamba K. Inza, envoyé spécial

LIENS PROMOTIONNELS