Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
International
Article


Comment

Dernières dépêches



International

Burundi: nouvel arrestation d`un avocat accusé de "subornation de témoins"
Publié le vendredi 29 juillet 2011   |  AFP


Burundi:
© Autre presse par DR
Burundi: Me François Nyamoya, avocat au barreau de Bujumbura et porte-parole du Mouvement pour la solidarité et le développement


Vos outils
height=28

PARTAGEZ

BUJUMBURA- Un des avocats des parties civiles dans le procès des assassins présumés du représentant de l`Organisation mondiale de la Santé (OMS) en 2001 au Burundi, a été arrêté vendredi "pour subornation de témoins" et écroué jeudi, a-t-on appris de source judiciaire.

"C`est avec consternation que nous avons appris l`arrestation de notre confrère Me François Nyamoya hier après-midi et son incarcération à la prison centrale de Mpimba", a déclaré à la presse Me Sylvestre Banzubaze, porte-parole de l`ordre des avocats burundais.

"Le substitut du procureur qui l`a entendu nous a expliqué qu`il est
poursuivi pour subornation de témoins dans le cadre de l`affaire Kassi Malan", le représentant de l`OMS au Burundi assassiné en 2001, a-t-il poursuivi.

Contacté par l`AFP, le procureur et le porte-parole de la Cour suprême n`ont pas souhaité s`exprimer sur cette affaire.

"Cest le harcèlement de notre ordre qui se poursuit", a accusé Me Banzubaze, assurant "que les faits reprochés à Me Nyamoya remontent à 2003" et qu`il y a donc "prescription".

Des sources judiciaires ont affirmé à l`AFP que Me Nyamoya auraient suscité de faux témoignages qui auraient abouti à l`incarcération de plusieurs hauts responsables des forces de l`ordre, condamnés dans un premier avant d`être tous acquittés en juin 2008.

M. Malan, un Ivoirien de 55 ans, avait disparu de Bujumbura le 20 novembre 2001. Son corps, qui portait des traces de coups, avait été retrouvé dans l`après-midi sur les rives du lac Tanganyika dans la capitale burundaise.

Me Nyamoya, porte-parole du parti d`opposition Mouvement pour la solidarité et le développement (MSD), avait déjà été arrêté et écroué pour "injures" et diffamation" de septembre à octobre 2010.

"Nous demandons la libération de Me Nyamoya, ainsi que celle de nos deux confrères Me Suzanne Bukuru et le bâtonnier Me Isodore Rufyikiri, car tous sont en prison injustement", a martelé le porte-parole de l`ordre des avocats burundais.

M. Banzubaze a fait cette déclaration au cours d`une manifestation d`une centaine d`avocats devant le palais de justice Bujumbura, qui brandissait des pancartes demandant la libération de leurs confrères, ainsi que des bougies et des torches "pour chercher la justice perdue dans les ténèbres".

Le bâtonnier de l`ordre des avocats avait été arrêté mercredi pour "outrage à magistrats" après s`être exprimé publiquement au cours d`une manifestation d`avocats en soutien à une consoeur, Me Suzanne Bukuru.

Avocate des parties civiles dans le procès de Patrice Faye, un Français de
58 ans qui vient d`être condamné à 25 ans de prison pour viols, Me Bukuru avait elle été arrêtée pour "complicité d`espionnage" et écroué le 15 juillet pour avoir facilité une interview avec des journalistes français.

Depuis son arrestation, un bras-de-fer est engagé entre le pouvoir burundais et l`ordre des avocats, en grève des prétoires depuis lundi et qui organisent des manifestations chaque matin.

Les avocats ont reçu le soutien de la société civile burundaise et celui de plusieurs organisations internationale, dont Amnesty International qui a exigé jeudi "une libération immédiate" des avocats emprisonnés.

LIENS PROMOTIONNELS