Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article


Comment

Dernières dépêches



Politique

Côte d`Ivoire : la réconciliation doit commencer "immédiatement" (ICG)
Publié le mardi 2 aot 2011   |  AFP


International
© Autre presse par DR
International Crisis Group - Mme Louise Harbour, PDG
Photo d`archives: La présidente d`International Crisis Group, Louise Harbour, alors haut-commissaire aux droits de l`Homme de l`ONU, le 6 février 2007 à Paris


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Abidjan, Le processus de réconciliation doit commencer "immédiatement" en Côte d`Ivoire, toujours "fragile et instable" après une sanglante crise post-électorale, a estimé mardi le centre de réflexions International Crisis Group (ICG).

Dans un rapport intitulé "Une période critique pour stabiliser la Côte d`Ivoire", l`ONG basée à Bruxelles juge "indispensable que le processus de réconciliation commence immédiatement".

La Commission Dialogue, vérité et réconciliation, créée par le nouveau président Alassane Ouattara n`a pas encore pris fonction mais "doit rapidement donner des gages dindépendance et de crédibilité", affirme ICG.

"Les autorités judiciaires doivent enquêter sur les crimes" commis par le camp de l`ex-chef d`Etat Laurent Gbagbo, arrêté le 11 avril, et le camp Ouattara, insiste-t-il, jugeant qu`"une justice de vainqueur semble se mettre en place" au profit des partisans du régime.

M. Ouattara "devrait demander à la Cour pénale internationale de se pencher sur les atrocités les plus graves depuis (le putsch raté de) 2002 et pas seulement sur celles qui ont suivi" la présidentielle de novembre 2010, selon l`organisation.

"Le nouveau gouvernement doit créer un espace politique pour lopposition", pour permettre sa pleine participation aux législatives attendues fin 2011, poursuit-elle.

Selon ICG, l`ex-rébellion des Forces nouvelles (FN) de 2002, qui a formé le gros des Forces républicaines (FRCI) ayant permis à M. Ouattara d`accéder au pouvoir, doit être "démantelée", de même que son "mécanisme de contrôle économique".

"Si le gouvernement narrive pas à rétablir totalement lordre dans les mois à venir, et avant les élections législatives, et à prendre l`ascendant sur les +commandants de zone+ des FN (les "chefs de guerre" ex-rebelles, ndlr), l`autorité du nouveau président et sa crédibilité seront fortement et irrémédiablement diminuées", avertit l`ONG.

La crise née du refus de Laurent Gbagbo de reconnaître sa défaite à la dernière élection a fait au moins 3.000 morts et s`est conclue par l`arrestation de l`ex-chef d`Etat le 11 avril après deux semaines de guerre.
tmo/pb

LIENS PROMOTIONNELS