Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Économie
Article


Comment

Dernières dépêches



Économie

Produits de première nécessité - Banzio rassure, les prix vont baisser
Publié le jeudi 4 aot 2011   |  Le Patriote




Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Face aux différentes critiques dont son département a fait l'objet ces derniers jours dans la presse, le ministre du Commerce, a tenu à faire des précisions. Selon Dagobert Banzio, des négociations sont en cours pour le riz, l'huile, le sucre, le lait. Au niveau de l'huile, il a annoncé que ce produit connaîtra bientôt une diminution, sans donner plus de précisions. Ensuite, le ministre Banzio a souligné que ces négociations ont permis de juguler une hausse générale des prix. « Après une crise comme celle qu'a vécu la Côte d'Ivoire, la tendance des prix est toujours à la hausse. Mais les négociations que nous menons ont pour avantage de ne pas procéder à d'autres augmentations. C'est déjà l'essentiel » a-t-il fait savoir. Conscient de la souffrance des populations, le ministre Banzio a indiqué que son département fait mains et pieds pour veiller sur les intérêts des consommateurs. « Que les Ivoiriens comprennent que nous ne laissons rien au hasard. La Côte d'Ivoire a opté pour une économie libérale, donc nous n'imposons rien aux opérateurs. C'est pourquoi, nous procédons par des négociations, qui ne sont pas des négociations factices » a-t-il fait remarquer. Là-dessus, le ministre Banzio a rassuré que les négociations en cours avec les sucriers pourraient faire baisser le prix sortie-usine. « Présentement le prix sortie-usine du sucre granulé blanc est à 638 FCFA. Si nous obtenons un bas prix entre 600 et 500 FCFA, c'est sûr que cela se sentira sur le marché » a-t-il indiqué. Revenant sur le non respect, par certains commerçants, des prix communiqués il y a deux semaines, le ministre a demandé aux populations d'être indulgents. « Après la signature du protocole d'accord avec les distributeurs, il est clair qu'il ne fallait pas s'attendre à un effet immédiat. Certains commerçants ont encore des anciens stocks de sucre qu'ils écoulent. Donc les prix au détail de ces stocks, ne peuvent pas être pareils à ceux que nous avons communiqués » a-t-il fait comprendre.

SS

LIENS PROMOTIONNELS