Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article


Comment

Dernières dépêches



Politique

Paul Koffi Koffi, ministre délégué à la Défense : «Nous allons être très exigeants avec les Frci»
Publié le vendredi 2 septembre 2011   |  Nord-Sud




Vos outils
height=28

PARTAGEZ


A l’image des membres du gouvernement, soumis à une obligation de résultat par le chef de l’Etat, chaque élément des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci) devrait désormais faire l’objet d’une évaluation plus rigoureuse. C’est du moins ce qu’a soutenu, hier, Paul Koffi Koffi, ministre-délégué auprès du Premier ministre, chargé de la Défense. C’est à l’ouverture d’un atelier sur la mise en œuvre de la matrice d’action des forces armées à l’immeuble Crae-Uemoa que M. Koffi Koffi a fait cette annonce. « Depuis hier, nous avons achevé l’immatriculation des ex-FaFn. Cette immatriculation a concerné les 5000 volontaires à l’armée nouvelle et les 4000 éléments qui ont servi à la sécurisation de l’élection présidentielle. Donc les 9000 sont officiellement engagés dans l’armée ivoirienne, toutes forces confondues. C’était une des conditions de l’accord politique de Ouagadougou. Aujourd’hui, on peut noter que cette étape importante est franchie. La conséquence de cela c’est que nous allons être très exigeants avec les Forces républicaines de Côte d’Ivoire, dès lors qu’elles perçoivent leur salaire comme les autres, elles doivent se conformer à la discipline militaire », a révélé le ministre-délégué à la Défense. L’immixtion des Frci dans les affaires de droit commun est dorénavant proscrite, selon la tutelle de la grande muette qui a annoncé la poursuite de l’opération de rétrocession des commissariats et des brigades de gendarmerie à leurs vrais titulaires. Le ministre Koffi Koffi a par ailleurs indiqué qu’au dernier pointage, 97% des éléments des Frci a répondu présent à l’appel. Mais, au nom de la patrie, il n’a pas l’intention de baisser les bras. Il devrait donc poursuivre ses missions de bons offices pour ramener au pays, le restant des éléments encore réfugiés à l’extérieur. S’agissant de l’atelier proprement dit, Paul Koffi Koffi en attend des réflexions qui permettront de finaliser le nouvel accord de défense avec la France, de valider le tableau d’avancement, d’homologuer la nouvelle politique des forces armées. En somme, il va décliner en axe de travail précis, la matrice d’action des Frci. L’atelier clôt ses travaux, aujourd’hui. Il est le deuxième du genre après le premier qui a eu lieu, en juillet dernier, à Grand-Bassam.

Marc Dossa

LIENS PROMOTIONNELS