Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Société
Article


Comment

Dernières dépêches



Société

Environnement (brusque montée des eaux) : De nombreux dégâts à Grand-Bassam
Publié le mercredi 7 septembre 2011   |  Tam-Tam d’Afrique




Vos outils
height=28

PARTAGEZ

Appatams cassés, piscines endommagées, maisons détruites... La mer a entrepris depuis presque une semaime, de "dévorer" tout sur son passage. Du quartier France à Azuretti, ce sont plusieurs mètres qui ont été avalés. Prenant les taureaux par les cornes, le Collectif des hôteliers et restaurateurs à tenu une réunion lundi, en présence du député-maire Jean-Michel Moulod. Pour mieux comprendre le phénomène, les responsables des hôtels de la cité balnéaire ont fait venir M. Cédric Lombardo, spécialiste des problèmes d'érosion côtière. Selon lui, depuis 2010, la mer se trouvait entre 2 et 6m des hôtels et restaurants et qu'en 2011 elle pourrait entrer dans ces hôtels. Lombardo pense que la montée des eaux de ces jours-ci est la résultante de deux phénomènes : l'équinoxe qui arrive généralement vers fin septembre et qui se caractérise par la montée des eaux et la nouvelle lune (montée des eaux plus forte). Mais il ne s'explique pas encore la virulence de l'eau à cette période. Pour lui, cette virulence devrait avoir lieu fin septembre (équinoxe). Que va-t-il se passer d'ici septembre ?, s'interroge-t-il. A I'en croire, il n'y a pas de solution palliative si ce n'est l'ouverture définitive de l'embouchure avec préalablement la fin des études commencées il y a quelques années. Cédric Lombardo estime que pour sauver les meubles et les nombreux opérateurs de Grand¬-Bassam et même tout le littoral ivoirien, les travaux de l'ouverture de l'embouchure doivent démarrer au plus tard en 2012. Après l'exposé fort enrichissant de M. Lombardo, les hôteliers qui ne savent plus à quel saint se vouer face à l'ampleur des dégâts mais surtout de l'avancée de la mer, veulent saisir les plus hautes autorités du pays, à commencer par le ministre du Tourisme pour qu'un plan d'urgence soit mis en place pour sauver les opérateurs économiques de Grand-Bassam et le littoral ivoirien. Un projet auquel adhère le député-maire de la cité historique et balnéaire, Jean-Michel Moulod. Il a rassuré les opérateurs économiques de sa cité de sa volonté de les accompagner à rencontrer les plus hautes autorités pour booster le projet. Une commission sera mise en place ultérieurement pour le suivi du projet. En attendant, il a été demandé, avant la rencontre avec le ministre du Tourisme prévue pour vendredi prochain, que chacun fasse l'évaluation des préjudices subis par cette brusque montée des eaux.

LIENS PROMOTIONNELS