Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Société
Article


Comment

Dernières dépêches



Société

Transport des pèlerins ivoiriens Hadj 2011 : pourquoi Ethiopian Airlines
Publié le vendredi 9 septembre 2011   |  Nord-Sud


Tabaski
© Ivoire-Presse par Guy Lasme
Tabaski : Les musulmans de Bouaké fêtent l`Aïd-el-Kebir
Mardi 16 novembre 2010. Bouaké, grande mosquée. Les autorités politiques, administratives, militaires et religieuses dont le préfet Konin Aka, le maire Fanny Ibrahima, le général Soumaïla Bakayoko et Mgr Ahouanan, assistent à la grande prière


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Les pèlerins du hadj 2011 seront transportés par Ethiopian Airlines. Cette compagnie a été choisie après un appel d’offres.


On connaît désormais le transporteur aérien du hadj 2011. Il s’agit de la compagnie Ethiopian Airlines dont le nom a été dévoilé hier par le commissaire du hadj. C’était à l’ouverture du séminaire de formation des formateurs à la mosquée hadja Mariam Doumbia d’Angré Château. Le commissaire Krouma Mamadou a rappelé les conditions et les critères du choix de la compagnie éthiopienne. « Il y a eu un appel d’offres conduit par la direction des marchés publics (ministère de l’Economie et des Finances). Plusieurs compagnies ont soumissionné et Ethiopian a été retenue parce qu’elle avait la meilleure offre en termes de qualité service et de prix », a-t-il expliqué. Selon une source proche du dossier, la compagnie choisie a d’abord bénéficié de son expérience, de sa notoriété et de la sûreté des ses avions. « Elle a l’habitude de ce type d’opération dans la sous-région et est réputée pour le respect de ses engagements », poursuit notre source. La question du respect des engagements est très importante. Ces dernières années, les pèlerins ivoiriens ont toujours souffert en Arabie Saoudite avant de regagner leur pays. A plusieurs réprises, les voyageurs ont été amenés à rebrousser chemin faute d’avion après s’être rendus à l’aéroport. Ces prolongements de séjour ont souvent valu aux pèlerins une véritable galère. Ils ont eu parfois du mal à se nourrir ou à se loger. Si ces dysfonctionnements incombent parfois aux organisateurs, le transporteur aérien y a sa part de responsabilité. Notre source révèle que ces revers ont eu généralement pour cause le manque de transparence dans le choix des compagnies aériennes. « Puisqu’il n’y avait pas d’appel d’offres, les décideurs préféraient traiter avec des transporteurs qui proposaient des prix bas sans pouvoir garantir un service de qualité jusqu’au bout », regrette ce responsable. Il indique que pour des vols charters où l’avion repart vide à chaque rotation, on ne peut pas respecter tous ses engagements avec un tarif de 600.000 F ou 700.000 F par pèlerin en aller-retour. Il nous revient que cette année, des soumissionnaires venus de la sous-région étaient prêts à pratiquer le même prix. Mais ils n’ont pas été retenus parce qu’ils ne donnaient pas d’assurance. Dans le passé, de telles compagnies auraient été retenues contre des commissions touchées par des organisateurs. Cette année, le prix du transport aérien pourrait être au-dessus des 800.000 Fcfa par pèlerin. Mais dans un souci de qualité de service, les spécialistes des marchés ont accepté cette proposition. Ethiopian Airlines va assurer ses prestations avec un Boeing 747 de 518 places. Elle aurait donné des garanties quant à la réaction positive qu’elle pourrait avoir en cas d’imprévu. L’avenir nous dira si c’était le bon choix.

Cissé Sindou

LIENS PROMOTIONNELS