Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article


Comment

Dernières dépêches



Politique

Crise ivoirienne: le parti de Gbagbo salue la décision de la CPI d`enquêter
Publié le mercredi 5 octobre 2011   |  AFP


Activités
© Ivoire-Presse par FN
Activités du President de la Commission dialogue, vérité et réconciliation : Charles Konan Banny reçoit Miaka Ouréto et la direction intérimaire du Front populaire ivoirien (Fpi)
Lundi 25 juillet 2011. Abidjan. Siège de la Commission dialogue, vérité et réconciliation(CDVR)


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


ABIDJAN, Le parti de l`ex-président ivoirien Laurent Gbagbo a salué mardi soir la décision de la Cour pénale internationale (CPI)
d`ouvrir une enquête sur les crimes commis durant la crise post-électorale, et a dit croire en "un procès équitable, juste et impartial".

Le Front populaire ivoirien (FPI) "se félicite" d`une décision qui "emporte (son) adhésion", affirme dans un communiqué Laurent Akoun, son secrétaire général et porte-parole.

Le parti se réjouit que la CPI ait décidé d`enquêter sur les crimes contre lhumanité qui auraient été commis lors de la crise de décembre 2010 à avril-mai 2011 "par toutes les forces en présence", et de l`éventuelle prise en compte des crimes commis depuis 2002 et le coup d`Etat raté contre M. Gbagbo.

Ces dispositions "augurent dun procès équitable, juste et impartial", poursuit M. Akoun.

Le FPI "déplore, dès lors, que malgré la présomption dinnocence (...) lon veuille déjà vouer le président Laurent Gbagbo aux gémonies, en le présentant comme la cible des enquêtes judiciaires qui vont bientôt souvrir" et en l`accusant d`être "à lorigine de cette crise meurtrière".

Cette réaction diffère nettement de celle du porte-parole du président déchu, Justin Koné Katinan, en exil au Ghana, qui a fait part lundi de sa "suspicion" sur l`enquête de la CPI, la jugeant sous influence du nouveau chef d`Etat Alassane Ouattara et de la France.

M. Gbagbo a été arrêté le 11 avril après plus de quatre mois de crise, dont deux semaines de guerre, née de son refus de reconnaître sa défaite à la présidentielle de novembre 2010. La crise post-électorale a fait quelque 3.000 morts selon l`ONU.
tmo/mc

LIENS PROMOTIONNELS