Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article


Comment

Dernières dépêches



Politique

Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation : Des Ong réclament leur place
Publié le jeudi 6 octobre 2011   |  Le Temps




Vos outils
height=28

PARTAGEZ


M. Noufié Sié Fulgence, président d’Ong, vient de faire connaître officiellement, le changement de nom de sa structure. L’Ong qui s’appelait auparavant «Ong Défense de la Culture Lobi (Dcl)», se nomme désormais «Ong Paix, Développement et Culture (Pdc)». Ce changement de nom a été rendu officiel hier mardi 4 octobre 2011, au cours d’un point de presse tenu dans un hôtel de la place sis au Plateau. Le président de cette Ong a fait savoir que ce changement de dénomination est intervenu depuis le 14 avril 2010, date à laquelle le ministère ivoirien de l’Intérieur lui a délivré le récépissé portant modification dénomination. Il s’est empressé d’ajouter que, depuis la création en 2008 de cette Ong, ce changement de nom n’affecte en rien les objectifs qu’elle s’est fixés. Le président Noufé Sié Fulgence et ses membres restent toutefois fidèles à l’idée de «resserrer les liens de la fraternité, de la solidarité, de la cohésion et de l’unité entre les membres de la communauté». Pour le président, donner une formation morale et civique à tous les membres de la communauté, sensibiliser les personnes à la paix, au développement et à la culture, aider les personnes vulnérables, les veuves et les orphelins de guerre restent ses préoccupations majeures en ces temps de crise. Pour lui, ce changement de dénomination s’explique par le fait que cette Ong entend comme toutes les autres, prendre une part active dans le processus de réconciliation amorcé très bientôt par la Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation (Cdvr), dirigée par le Charles Konan Banny. Aussi, propose-t-il, à cet effet, la création de cellules de réconciliation dans les établissements secondaires publiques et privés. Ainsi que dans les marchés, les quartiers et sous-quartiers au niveau des jeunes des villes, villages et communes. Pour cette Ong, la Côte d’Ivoire étant un pays laïc, «il serait intéressant de créer une nouvelle cellule au niveau des confessions religieuses, afin d’emmener les uns à accepter et respecter la religion des autres». Au niveau de l’armée ivoirienne désormais unie et soumise à l’autorité, a-t-il poursuivi, il faudrait faire connaître les valeurs des Droits de l’homme à tous ceux qui animent l’armée. Encourager le mérite et l’excellence, inciter la grande médiation à jouer effectivement son rôle, reste une autre préoccupation de ladite Ong. A cet effet, des courriers ont été officiellement adressés aux autorités ivoiriennes. Notamment à la Primature, aux ministères de l’Intérieur, des Affaires étrangères, du Plan et du Développement, de l’Agriculture, à la Cei, à l’état-major des Armés, au président de la Cdvr et au président des Ong, M. Tapé Mambo.
Jean-Baptiste Essis (Jean.essis@gmail.com)

LIENS PROMOTIONNELS