Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article


Comment

Dernières dépêches



Politique

Côte d`Ivoire - Le parti de Gbagbo dénonce des violences lors d`un meeting
Publié le dimanche 9 octobre 2011   |  AFP


Activités
© Autre presse par DR
Activités des partis politiques : Le FPI organise son 1er meeting après la crise post-électorale.
Dimanche 04 septembre 2011 - Place Inch`allah (Koumassi) : A l`initiative du député Jules Yao Yao, le FPI (Front Populaire Ivoirien) organise son premier meeting.


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Le parti de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo a dénoncé dimanche la perturbation d'une manifestation qu'il organisait la veille à Abidjan, durant laquelle plusieurs responsables et militants ont été violemment pris à partie.

Alors que ce rassemblement dans le quartier de Koumassi (sud) se tenait depuis une demi-heure, "la sono s'est arrêtée" puis "cinq ou six" personnes, dont une portant "une tenue des FRCI" (Forces républicaines, nouvelle armée) et une autre un T-shirt à l'effigie du président Alassane Ouattara, ont perturbé la manifestation, a déclaré à l'AFP Augustin Guéhoun, secrétaire national à la communication du Front populaire ivoirien (FPI), présent samedi.

Les "agresseurs" ont "caillassé" plusieurs véhicules, notamment celui du porte-parole du parti Laurent Akoun, et s'en sont pris à d'autres responsables et des militants, a-t-il poursuivi.

M. Guéhoun a fustigé "la culture de la violence" des pro-Ouattara, affirmant qu'"on ne veut même plus entendre parler du FPI".

Selon lui, cet incident prouve que les conditions de sécurité ne sont pas réunies pour que son camp aille aux législatives le 11 décembre. "Si ça se passe à Abidjan, on est en droit de dire qu'à l'intérieur du pays ça va être pire", a-t-il conclu.

Le FPI réclame sans relâche la libération de M. Gbagbo, arrêté le 11 avril après plus de quatre mois de crise, dont deux semaines de guerre, née de son refus de reconnaître sa défaite à la présidentielle de novembre 2010. La crise post-électorale a fait quelque 3.000 morts.

LIENS PROMOTIONNELS