Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Société
Article


Comment

Dernières dépêches



Société

Projet d’accord de baisse du prix du kilo de bœuf , Les professionnels renvoient Adjoumani à sa copie
Publié le jeudi 3 novembre 2011   |  Nord-Sud




Vos outils
height=28

PARTAGEZ

Le projet d’accord dont le gouvernement escomptait la signature n’a pu l’être. C'est sur ce maigre résultat que la rencontre entre le gouvernement et les professionnels de la filière bétail-viande a débouché mercredi à Abidjan. Malgré l’engagement du ministre de la production animale d’obtenir la signature d’un texte entérinant la baisse du kilo de viande de bœuf à 1.540 Fcfa, les opérateurs ont refusé de s'inscrire dans une logique de «protocole prêt-à- porter» qui ne correspond pas à leurs attentes. Ils ont carrément dénoncé le document qui, renfrognent-ils, n’a tenu compte ni de la réalité du terrain, ni de l’environnement difficile d’exercice de leur profession. Des dysfonctionnements qui grèvent leurs marges. Selon Hassan Dramera, un des principaux dirigeants de la filière, le protocole proposé ne prend pas en compte les faux frais payés dans les pays d’importation encore moins les contrecoups non quantifiables causés par «les incohérences artificielles sur les routes». Les opérateurs abordent ces problèmes avec une œillère. Antoine Achi, secrétaire général du comité des sages de la filière, regrette que le gouvernement aborde les questions du ventre en priorité au détriment des frustrations plus graves subies par les acteurs. Mais, pour le ministre Adjoumani Kobénan, toutes ces sujets feront l'objet d'une analyse en priorité dans le cadre de la lutte contre la cherté de la vie alors que les importateurs demandent l'examen profond de tous les surcoûts qui plombent l’activité. En tout état de cause, les acteurs économiques et l'Etat projettent de se réunir régulièrement en vue de poursuivre une réflexion plus réaliste sur la formation des prix, les marges et assurer un meilleur contrôle des prix, au bénéfice du pouvoir d’achat de la population. «Nous avons constaté une volonté des représentants de l’État de faire avancer les choses », reconnaît M. Dramera.
Lanciné Bakayoko

LIENS PROMOTIONNELS