Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Économie
Article


Comment

Dernières dépêches



Économie

Non-respect du prix bord champ du Cacao, Les producteurs de l’ouest menacent …
Publié le jeudi 3 novembre 2011   |  Nord-Sud




Vos outils
height=28

PARTAGEZ

Les producteurs de café-cacao de la région des montagnes ne sont pas contents. Ils ont du mal à comprendre que malgré le prix bord champ du cacao fixé à 1000 Fcfa, leurs produits soient encore achetés à des prix dérisoires. « Nous constatons avec amertume, en cette période de rentrée scolaire, que des individus se disant pisteurs continuent d’acheter notre cacao à des prix variant  entre 350 et 450 Fcfa», fulmine le secrétaire général du syndicat des producteurs des montagnes de Côte d’Ivoire (SYPROMCI), Toua Bekou, au terme d’une assemblée générale extraordinaire qui s’est déroulée pendant deux jours à la salle des conférences du collège catholique Jean De La Menais. Le secrétaire général du SYPROMCI entouré de plus de 200 secrétaires de section, communaux, sous préfectoraux  et départementaux a annoncé plusieurs mesures qui rentrent en vigueur dès ce mois. « Dans un premier temps, nous voulons que notre cacao soit acheté à 1.000 Fcfa comme indiqué et ce jusqu’à la fin de l’année. Si le prix indicatif n’est pas respecté, nous allons nous donner tous les moyens nécessaires pour empêcher le transport de tout  produit agricole de nos villages et campements vers les grandes villes. Les pisteurs véreux et sans papiers ne seront plus les bienvenus dans nos villages. Nous mettrons des comités d’éveil dans chaque localité et campement pour vérifier la régularité des ces soi-disant pisteurs véreux qui viennent nous exploiter. Le pisteur sans papier qui se fera prendre verra sa marchandise confisquée. Nous sommes désormais déterminés à mettre hors d’état de nuire tout acheteur qui ira contre nos intérêts», a-t-il martelé. Pour réussir cette mission, le SYPROMCI compte initier une tournée de sensibilisation dans les villes et principaux villages pour mettre tous les producteurs au même niveau d’information. Toua Bekou et ses camarades,  dans leur volonté de se donner toutes les chances de réussir dans leur initiative, ont appelé les paysans à œuvrer pour une production de qualité. Et cela doit, selon le secrétaire général du SYPROMCI, s’imposer à tous. «Nous demandons aux producteurs d’éviter de sécher leurs produits sur les routes bitumées. Tout contrevenant verra sa production confisquée et détruite. Si nous voulons que les gens nous prenne au sérieux, il faut que nous commencions nous même par donner le bon exemple», a-t-il recommandé. Par ailleurs, il a invité les producteurs résidant dans les villages frontaliers à user de tous les moyens possibles pour empêcher la fuite des produits agricoles vers les pays voisins. Car, dit-il, «le fruit de nos labeurs doit profiter à notre pays et non aux pays voisins». Le syndicat des producteurs des montagnes de Côte d’Ivoire a été créé le 16 février 2009. Il est présent dans 272 localités et revendique 9.793 membres selon son secrétaire général.
Kindo Ousseny à Man

LIENS PROMOTIONNELS