Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article


Comment

Dernières dépêches



Politique

Faits marquants : Colère !
Publié le samedi 5 novembre 2011   |  Le Patriote




Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Ils ne sont pas contents, les cadres-militants du RHDP. Et, ils n’utilisent pas la langue de bois. Ils tiennent à ce que l’on sache qu’actuellement, ils tremblent de colère. Pendant de très longs mois, bon nombre d’entre eux ont élaboré des plans pour se retrouver à l’hémicycle paré du titre très envié, d’honorable. Or, voilà qu’un accord de partis, vient briser leur rêve. Ô rage ! Quand ils pensent qu’il faut encore attendre cinq années, ils meurent de désespoir. Si et si seulement si, les règles leur avaient été expliquées longtemps auparavant, ils auraient pris leur disposition. Mais ce ne fut pas le cas. C’est après l’expiration du délai du dépôt des dossiers à la CEI qu’ils ont appris « la mauvaise nouvelle ». Ce ne sont pas les vocables qui ont manqué pour décrire ce qu’ils disent avoir subi. Foutaise ! Duperie ! Tout y est passé. En tout cas, ces cadres se sont vus enfermés dans un piège mortel. Pourtant, à voir de près, les règles adoptées sont objectives et résistent à toute analyse. Le problème, il faut le reconnaître, est que les militants des partis concernés ont été mis devant le fait accompli. On n’a jamais vu des règles de jeu édictées après la tenue du match. Il y a là, une leçon à retenir. En politique et peut-être ailleurs, il faut toujours faire les choses à temps. Le bon peuple traduit cela, en disant qu’avant l’heure n’est pas l’heure, après l’heure non plus. Cette entente aurait été communiquée à tous, avant la fermeture des bureaux de la CEI qu’elle aurait posé moins de problème. Parce que, dans tous les cas, quelque soit le nombre de candidats, chaque parti gagnera dans son fief si le candidat qu’il a choisi est le bon. La concurrence ici, ne se joue pas de parti à parti, mais de candidat à candidat. Un scrutin ouvert permet de jauger le poids réel de chaque cadre là où il se présente. La méthode première gommait cette différenciation et faisait du candidat retenu, un notable de la circonscription, faussant ainsi, le jeu démocratique. Rien que pour cela, la colère des uns et des autres se justifie. Mais cela ne doit pas faire oublier l’enjeu de ces législatives : donner au président de la République, la majorité qu’il faut pour entreprendre les chantiers de redressement du pays. C’est bien contre la victoire des adversaires politiques qu’il faut se prémunir. L’heure n’est pas à fabriquer des notables de toutes pièces encore moins à retourner le couteau contre le voisin du RHDP. Le bon peuple serait reconnaissant au président de la République, de sortir le pays des petites combines politiciennes à effets pervers. Il veut vivre la démocratie dans toute sa beauté

LIENS PROMOTIONNELS