Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Économie
Article


Comment

Dernières dépêches



Économie

Téléphonie mobile / L’affaire Cora refait surface : Les ex-employés licenciés veulent manifester leur exaspération
Publié le lundi 14 novembre 2011   |  L'intelligent d'Abidjan


Téléphonie
© Autre presse par DR
Téléphonie mobile: Apple lance l`iPhone 4S
Apple annonce plus de 4 millions d`unités vendues pour le premier week-end de l`iPhone 4S


Vos outils
height=28

PARTAGEZ

La Côte d’Ivoire a été admise à l’AGOA qui lui donne des facilités à l’exportation sur le sol américain. Mais pour l’histoire, il faut rappeler que ce retrait est dû, entre autres, à ce qu’on a appelé l’affaire Cora de Comstar, une société de droit américain dont les actionnaires avaient accusé l’Etat de Côte d’Ivoire de les avoir expropriés pour n’avoir pas protégé leurs investissements, et qui avaient jeté à la rue 164 employés ivoiriens, il y a huit ans de cela. Ces derniers, lors d’un point de presse le samedi 11 novembre 2011, ont indiqué que la licence de Cora SA a même été retirée aux investisseurs américains par l’ATCI et vendue à un autre opérateur de la place. Ils ont souligné que l’Etat de Côte d’Ivoire s’est engagé à payer à travers le régulateur qu’est l’ATCI, 8 milliards de FCFA, sachant très bien que les employés étaient prioritaires en matière de liquidation des passifs de cette affaire. Un accord a même été trouvé et signé le 26 mai 2007, par l’Etat de Côte d’Ivoire et la partie américaine pour un règlement définitif de cette affaire et les Américains ont même déjà été dédommagés. Les employés que nous avons rencontrés, ne comprennent pas pourquoi à ce jour leurs droits et leurs indemnités ne sont toujours pas payés, malgré les promesses faites par les autorités ivoiriennes, surtout que tout cela faisait partie des conclusions du comité interministériel qui avait été mis en place. Par courrier, l’ambassade des USA avait clairement indiqué qu’il revenait à l’Etat ivoirien et notamment au ministère de l’Economie et des Finances de payer les droits et indemnités des ex-employés. «Pourquoi le ministère de l’Economie et des Finances avance à petits pas lorsqu’il s’agit de nous payer alors que ses responsables ont indiqué que nous ne serons pas des laissés-pour- compte», s’interrogent-ils ? Ils ont décidé de se faire entendre dès cette semaine par des manifestations éclatées et simultanées à l’Ambassade des USA et au ministère de l’Economie et des Finances jusqu`à ce que justice leur soit rendue.
Olivier Guédé

LIENS PROMOTIONNELS