Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Société
Article



Dernières dépêches



Comment

Société

Le gouvernement ivoirien en guerre bientôt contre la vente et l`utilisation des produits vétérinaires de contrefaçon
Publié le samedi 3 decembre 2011   |  AIP


Bonne
© Abidjan.net par Emma
Bonne gouvernance: le séminaire gouvernemental a pris fin
Mercredi 6 juillet 2011. Abidjan. Palais présidentiel du Plateau. Le chef de l`Etat, SEM Alassane Ouattara a mis fin aux travaux du séminaire qui a regroupé tous les membres du gouvernement. Photo: Kobena Kouassi Adjoumani, Ministre des Ressources Animales et Halieutiques


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Ferkessédougou -Le gouvernement ivoirien, par le truchement du ministère des Ressources animales et halieutiques, engage, bientôt, une vaste campagne de saisie-destruction de produits vétérinaires de contrefaçon, jugés dangereux pour le bétail et la sécurité humaine, révèle le directeur départemental des Ressources animales et halieutiques, à Ferkessédougou, Soro Mamadou.

Une campagne de sensibilisation dans la zone, marquée par un atelier d'information d'acteurs, trafiquants et éleveurs, a été lancée, dans ce sens, mardi, dans les locaux de la direction départementale, et a pour thème "Les dangers de l’utilisation des produits vétérinaires de contrefaçon".

"Nous avons été saisis par plusieurs éleveurs victimes de la toxicité de ces médicaments qu’ils ont administrés à leurs animaux", a justifié M. Soro, indiquant que ces produits, qualifiés de nocifs par les scientifiques, ont abondamment envahi le marché ivoirien, ces dernières années.

Exprimant ses inquiétudes face aux conséquences dramatiques de ces médicaments sur la santé du bétail et sur la santé humaine, il invite les éleveurs à s’abstenir de s'approvisionner de ces produits, afin de ne pas mettre leur vie et celle de leur bétail en danger, leur enjoignant de s'en débarrasser le plus tôt possible. Des déparasitants, tels que le "Bollux", seraient même la cause de nombreuses infections constatées chez les bovins.

"Le fait de détenir les médicaments de contrefaçon sur vous est passible de peine d'emprisonnement, par conséquent, il faut vous en débarrasser en ce moment", a-t-il prévenu, signalant que la seconde phase de sensibilisation, prévue ce mois de décembre, devrait ouvrir, par la suite, celle de la répression, celle-ci consistant à la saisie et à la destruction desdits produits nocifs.

LIENS PROMOTIONNELS