Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Santé
Article



Dernières dépêches



Comment

Santé

Le gouvernement ivoirien en guerre bientôt contre la vente et l`utilisation des produits vétérinaires de contrefaçon
Publié le samedi 3 decembre 2011   |  AIP


Activités
© Abidjan.net par EMMA
Activités gouvernementales : Le ministre Kobenan Innocent Adjoumani visite l’abattoir de Port-Bouet.
Vendredi 19 aout 2011. Abidjan. Le ministre des Ressources Animales et Halieutiques Kobenan Innocent Adjoumani s’est rendu à l’abattoir de Port-Bouet.


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Ferkessédougou -Le gouvernement ivoirien, par le truchement du ministère des Ressources animales et halieutiques, engage, bientôt, une vaste campagne de saisie-destruction de produits vétérinaires de contrefaçon, jugés dangereux pour le bétail et la sécurité humaine, révèle le directeur départemental des Ressources animales et halieutiques, à Ferkessédougou, Soro Mamadou.

Selon la loi No 96-561 du 25 juillet 1996, en son chapitre 26 relatif à la parmacie vétérinaire, "seuls les docteurs vétérinaires, inscrits au tableau de l'ordre ou les docteurs en pharmacie, titulaires d'une officine, ont le droit de délivrer gratuitement ou à titre onéreux, les produits vétérinaires".

Une campagne de sensibilisation dans la zone, marquée par un atelier d'information d'acteurs, trafiquants et éleveurs, a été lancée, dans ce sens, mardi, dans les locaux de la direction départementale, et a pour thème "Les dangers de l’utilisation des produits vétérinaires de contrefaçon".

Des déparasitants, commercialisés sous le label "Bollux", vendus à 300 francs l'unité et proposés à cent francs sur les marchés, seraient même la cause de nombreuses infections constatées chez les bovins, et l'on estime à 90% la couverture du marché par ces produits. Il s'agirait même de comprimés de ciment, passés aux colorants.

"Nous avons été saisis par plusieurs éleveurs victimes de la toxicité de ces médicaments qu’ils ont administrés à leurs animaux", a justifié M. Soro, indiquant que six trafiquants ont été interpellés par ses services sur les dangers qu'ils font courir ainsi aux usagers et au bétail.

Exprimant ses inquiétudes face aux conséquences dramatiques de ces médicaments sur la santé du bétail et sur la santé humaine, il invite les éleveurs à s’abstenir de s'approvisionner de ces produits, afin de ne pas mettre leur vie et celle de leur bétail en danger, leur enjoignant de s'en débarrasser le plus tôt possible.

"Le fait de détenir les médicaments de contrefaçon sur vous est passible de peine d'emprisonnement, par conséquent, il faut vous en débarrasser en ce moment", a-t-il prévenu, signalant que la seconde phase de sensibilisation, prévue ce mois de décembre, devrait ouvrir, par la suite, celle de la répression, celle-ci consistant à la saisie et à la destruction desdits produits nocifs.

LIENS PROMOTIONNELS