Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article



Dernières dépêches



Comment

Politique

Crimes contre l’humanité commis durant la crise post-électorale : Voici les horreurs qui ont conduit Gbagbo à La Haye
Publié le lundi 5 decembre 2011   |  Le Nouveau Réveil


Horreur
© Autre presse par DR
Horreur à Abobo: une pluie d`obus fait des dizaines de morts
Jeudi 17 mars 2011. Abidjan, commune d`Abobo. Une attaque à l`arme lourde des forces pro-Gbagbo fait des dizaines de victimes dans la population civile


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Depuis le transfèrement de l’ancien président Laurent Gbagbo à La Haye, le débat politique a changé d’orientation. Parce qu’on tente de présenter ce bourreau des droits de l’homme comme une victime d’un système politique, celui du président Ouattara. C’est vrai que l’on a coutume de dire que l’émotion est nègre et que la raison est Hellène. Mais face au sérieux du cas d’espèce, il importe de solliciter encore notre mémoire collective, ressusciter l’histoire récente de notre pays et revisiter, les dents serrées, avec courage, la galerie encore puante des victimes du système Gbagbo. Tous ceux dont nous présentons les images sont morts dans des conditions dont la cruauté n’a d’égal que l’aversion du régime Gbagbo pour les droits de l’homme. Qui ne se souvient en effet pas des femmes tuées à l’arme lourde à Abobo par la Garde républicaine de Dogbo Blé, des pauvres victimes du marché d’Abobo tuées par un obus lancé à l’aveuglette sur les civils en plein marché, de ce jeune homme dont le crâne a été écrabouillé par une arme lourde aux alentours de la pharmacie Kahira à Koumassi, de ces nombreux Ivoiriens brulés vifs par des jeunes miliciens à Yopougon lorsque Blé Goudé a lancé son mot d’ordre d’ériger des barrages partout à Abidjan pour contrôler les entrées et les sorties des quartiers. Nous parlons donc de Gbagbo, c’est-à-dire de quelqu’un qui a les mains souillées par le sang de plus de 3 000 personnes.
Et on s’émeut parce qu’il est à La Haye. Et pourtant, tous les Ivoiriens sont témoins de ces horreurs.

A.S.C

LIENS PROMOTIONNELS