Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Sport
Article


Résultats des matchs de foot

Classements

Comment

Sport

France (Lille): La nouvelle vie de Fadel Kéïta
Publié le mercredi 7 decembre 2011   |  Nord-Sud




Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Cela va faire bientôt deux années que Fadel Kéïta a raccroché les crampons. L’ex-buteur de l’Africa Sports vit une nouvelle vie à Lille en France. Il se rappelle quelques bons souvenirs et évoque la carrière de son petit frère Abdul Kader Kéïta.
On a retrouvé l’ancien buteur et frère aîné d’Abdul Kader Kéïta, Fadel (34 ans). Il n’a vraiment pas changé physiquement et vit à Lille (France) depuis 2006. Toujours pas encore marié (mais pas libre), Fadel Kéïta est toutefois père d’un enfant. De sa carrière, il retient : « le fait de ne pas avoir de manager à l’époque m’a été négatif parce que je devais me battre sur le terrain pour me vendre mais je ne me plains pas de ma carrière. J‘aurai souhaité continuer mais j’ai préféré arrêter pour suivre l’évolution de mon petit frère qui venait de signer à Lille. Quatre ans après mon contrat manqué en Angleterre. J‘ai pris un coup et me retrouver dans le Golfe a baissé mon niveau mais bon, l’essentiel pour moi était de rendre mes parents heureux et je pense qu’ils ont aimé le peu de temps que j’ai fait dans le football ». Comment voit-il son avenir immédiat ? « Je réfléchis… Mais je déciderai au bon moment. Je suis trop gentil pour être entraîneur. Je peux être à la rigueur recruteur ou dans un futur proche, président de club ».

«Kader Kéïta peut faire mieux…»

Abordant la carrière de son frangin Abdul Kader Kéïta, en ce moment à Al Saad du Qatar, Fadel Kéïta a quelques regrets. « Sans vous mentir, je pense que mon frère pouvait faire mieux que ça. Je le connais mieux que quiconque mais je ne vais pas créer de polémiques. S‘il est heureux au Qatar, c’est l’essentiel… ». Poursuivant avec Kader Kéïta, il révèle que le fantasque ailier des Eléphants est très timide. « Mon frère est à la base timide et seuls le football et la danse peuvent le faire parler. En ce qui me concerne, mes conseils sont ceux d’un ancien footballeur, en même temps père et frère, parce que quand je vois des personnes faire des interviewes dans les journaux à son sujet, cela me fait rigoler… ». Pour terminer, l’ancien attaquant du Sporting Club de Gagnoa (96-98), de l’Africa Sports (98-2000), de Rizesport (2000-2001 ; Turquie), d’Al Nasr Riyadh (2001-2009) et de Feignies (2010 ; D5-France) souhaite rendre un vibrant hommage à son père, Makan Kéïta, disparu. « J‘aurai voulu que notre père soit encore en vie pour profiter au maximum de tous les sacrifices qu’il a consentis pour le football parce que je sais que mon père a fait beaucoup pour le Sporting club Gagnoa. Mais c’est la volonté de Dieu et je pense avoir un peu réalisé certains de ses vœux avec l’aide de mon petit frère Kader. Qu’il repose en paix… ».

Guy-Florentin Yaméogo

LIENS PROMOTIONNELS