Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Faits Divers
Article



Dernières dépêches



Comment

Faits Divers

Crime passionnel /Elle refuse de coucher avec lui, Le militaire tue sa partenaire
Publié le mercredi 7 decembre 2011   |  Nord-Sud




Vos outils
height=28

PARTAGEZ

Un drame s’est produit le 4 décembre dernier, à 6 heures du matin à Assinie-France, bourgade située sur l’autre rive d’Assinie-Mafia. Kindo Sara âgée de 30 ans est morte de façon tragique. Elle a été tuée par balle par son amant, un homme en tenue militaire qui vit à Assinie. La jeune dame est mère de 3 enfants dont le benjamin est âgé d’un an trois mois. Quel est le mobile de ce crime ? A l’origine, une scène de jalousie. Après des informations recoupées, il ressort que Kindo Sara a pour amant Zoh C, un élément des Frci avec qui elle vit une idylle depuis trois mois. Kindo Sara habite chez ses parents à Assinie-France. Comme à l’accoutumée, Zoh C met à profit son temps libre à passer de bons moments avec sa partenaire. C’est ainsi que dans la nuit du samedi 3 décembre, il se rend chez la dame avec qui, il passe la nuit. Jusque-là rien ne présageait ce noir dessein. Au cours de la nuit, le soldat émoustillé exprime une envie de copuler avec sa dulcinée. Mais la femme qui se trouve en période de menstruation n’a aucune envie. Zoh C apparemment n’est pas content. Il voit en cela une trahison. Il passe une nuit blanche en ruminant sa colère et finit par la matérialiser. A l’aube, contre toute attente, la moutarde lui monte au nez. Il prit son arme de type kalachnikov et ouvre délibérément le feu sur sa copine qui reçoit deux balles au ventre. Elle est mortellement atteinte et s’affale dans son lit. La forte détonation de l’arme attire les habitants des alentours. L’infortuné amant abandonne sa partenaire et quitte précipitamment les lieux pour se rendre sur l’autre rive gauche. Sous la menace de son arme, il tient en respect un piroguier qui l’aide à traverser la lagune. Une fois, sur le rivage, il prend la direction de la gendarmerie où il va se livrer lui-même après son forfait. Entre-temps, les habitants du gros village d’Assinie-France qui accourent au domicile des parents de la victime font la découverte macabre. Sara est allongée dans son lit baignant dans son sang, le corps sans vie. C’est l’émoi  total. Comme une traînée de poudre, la triste nouvelle se répand dans toute la ville et les villages environnants d’Assinie. Aussitôt, le village est sur le pied de guerre. La tension est palpable. Dans la foulée, les villageois mettent le feu aux deux abris de fortune qui servaient de logis aux éléments Frci. Le pire a été évité de justesse, grâce à l’intervention prompte des forces de sécurité basées à Assinie qui ont pu circonscrire les dégâts, aidées par leurs collègues d’Abidjan venues en mission dans la zone. Le corps de la jeune dame a été transféré à la morgue d’Adiaké. La police a ouvert une enquête pour faire la lumière sur cette affaire qui a jeté le froid sur Assinie.

Emmanuelle Kanga à Grand-Bassam

LIENS PROMOTIONNELS