Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article



Législatives : Candidats à connaitre

Futurs députés! Faites-vous connaître

Comment

Politique

Manque d’argent, mauvaise organisation, indifférence des populations…La galère des candidats
Publié le jeudi 8 decembre 2011   |  Nord-Sud




Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Certains candidats passent des nuits blanches depuis l’ouverture de la campagne. A cause de la peur de ne pas être élus mais aussi du fait des difficultés liées à la chasse aux électeurs.
Tout n’est pas rose dans les états-majors des candidats en cette période de campagne. L’euphorie du premier jour de lancement officiel de la course aux électeurs a fait place à l’angoisse. Dans leur grande majorité, les candidats se rendent à l’évidence que la voie qui mène à l’hémicycle est parsemée d’obstacles que ne surmontent que les mieux préparés financièrement, structurellement et moralement.
Si certains prétendants au parlement n’ont pas lésiné sur les moyens pour financer leur campagne - c’est donc la preuve qu’ils ont beaucoup d’argent - d’autres n’ont eu d’autres choix que de se la jouer modeste. Aussi, des candidats n’ont d’affiches que celles offertes par la Commission électorale indépendante (Cei). « Heureusement pour certains que la Cei confectionne des affiches parce qu’après avoir payé leur caution, je ne les voyais pas investir dans la fabrication de posters pour aller perdre », raille Koffi A., un habitant d’Attécoubé. Il rapporte que, dans cette commune, l’un des candidats est la risée de tous. « Il nous fait mourir de rire. En voici un qui vit dans une cour commune et qui veut qu’on vote pour lui », raconte-t-il. Le candidat en question, poursuit Koffi A., n’échappe pas aux piques de ses adversaires lors de leurs meetings : « il y a des gens qui n’ont même pas de maison à eux et ils viennent nous déranger dans notre affaire ». Les anonymes ne sont pas les seuls en proie à des difficultés financières. De gros bonnets en souffrent également. Ainsi, n’est-il pas rare de voir des personnes venues assister aux meetings se tenir debout. Au lieu des impressionnantes sonos, des candidats communient avec leur auditoire à l’aide de mégaphones. L’argent n’est pas le seul cauchemar des postulants à l’hémicycle. Il y a aussi des problèmes organisationnels qui créent le cafouillage lors des rencontres avec les électeurs. Pour ceux qui sont soucieux de séduire ces derniers, cette situation est vraiment préoccupante.
Le manque d’enthousiasme et d’engouement des populations stresse également les candidats. Surtout lorsqu’ils ne mobilisent pas le tiers du monde qu’ils attendent dans une localité censée être le bastion de leur parti politique. Il arrive donc à certains d’entre eux de reculer l’heure de leurs meetings ou de les reporter carrément à cause de la faible mobilisation. De quoi accroître leur anxiété avant le jour du scrutin.
Bamba K. Inza

LIENS PROMOTIONNELS