Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Société
Article



Dernières dépêches



Comment

Société

Reportage / Fêtes de fin d’année : Les abidjanais entre euphorie de la "ville lumière" et volonté de "renouer avec le beau vieux temps"
Publié le mardi 27 decembre 2011   |  AIP


Fêtes
© Abidjan.net par EMMA
Fêtes de fin d`année: Mme Ouattara lance l`opération Abidjan ville-lumière
Mercredi 21 décembre 2011. Abidjan. Photo: illustration lumineuse des rois mages annonçant la naissance de l`enfant-Jésus


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Les populations d’Abidjan, la capitale économique de Côte d’Ivoire, ont entamé samedi, à la veille de la Noël, leurs premières fêtes de fin d’année depuis la fin de la grave crise postélectorale (décembre 2010-avril 2011) qu’a connu le pays, dans l`euphorie et de l’effet enthousiaste du nouveau visage reluisant de leur ville, grâce au projet "Abidjan ville lumière", avec une volonté de "renouer avec les beaux vieux temps".


"Bienvenue à Abidjan"…"cité lumière"

"Bienvenue à Abidjan, la Côte d’Ivoire à l’ère de la réconciliation et de la reconstruction", c’est par ce message lumineux, conçu à l’aide d’une combinaison de guirlandes et de mini lampes, luisant comme une chandelle, et accroché entre deux poteaux de part et d’autre de l’entrée sud du Pont Félix Houphouët-Boigny, que l’on est accueilli ce 24 décembre dans la commune du plateau, quartier administratif et des affaires d’Abidjan.

Pour cette fin d’année, le District d’Abidjan a, en partenariat avec le groupe d’assurance SUNU, décidé de faire de la capitale économique ivoirienne une "ville de rêve". A coté du ravalement et l’embellissement des façades extérieures de certains édifices publics et privés, et des clôtures de concessions situées aux abords du boulevard Giscard d’Estaing de Treichville et de Port-Bouët, plusieurs rues, principaux points et grands carrefours de la ville d’Abidjan ont été parés de décorations lumineuses grandeur nature.

Plateau, lieu de pèlerinage

Ces champs lumineux, objets ou constructions métalliques aux formes et figures multiples et variés, fait de plus d`un million de lampes, mini lampes, néons et LED, mais également utilisés pour orner des bâtiments importants, et qui projettent d’extraordinaires jeux de lumières et de couleurs, sont, pour ces fêtes, la grande attraction des abidjanais. Le plateau, zone phare de cette campagne d’illumination, est devenu depuis lors un lieu de pèlerinage, avec son sapin géant, et ses espaces d’exposition ces supports lumineux. Où chaque nuit, les populations, ivoiriens comme expatriés décidés à ne pas se faire raconter ces nouvelles "merveilles d’Abidjan", affluent par milliers pour les contempler.

Pour les nuits de samedi (24 décembre) et dimanche (25 décembre, jour de Noël), l’on a enregistré une affluence record, ponctuée par de nombreux embouteillages aux principaux carrefours, dans cette commune d’ordinaire très calme et quasi vide une fois la nuit tombée.

"C’est vraiment beau ! Les mots me manquent pour décrire ce que je vois. Je suis fier", se réjoui Kouassi R., enseignant, venu de la commune de Port-Bouet avec toute sa famille. "Rien à dire ! C’est super. La Côte d’Ivoire est vraiment de retour", s’exclame de joie, pour sa part Lydie G., une visiteuse frappée d’admiration face à une cloche de près de 6 mètre de haut, faite d’objet lumineux, plantée dans la cours de la cathédrale Saint-Pierre.

De cet édifice religieux à la Place de la République, en passant par le boulevard de la République, l’"effet Ville lumière" bat sont plein, certains visiteurs cherchant à toucher les objets lumineux quand d’autres s’attèlent à se faire photographier pour immortaliser ces instants inédits.

"Abidjan me fait rêver ces jours-ci, ça me fait penser New York ou Paris", s’enorgueillit cette jeune étudiante qui n’en revient pas. Par contre, Maurice K., venu avec des amis de Tiassalé (quelque 70 Km nord-ouest d’Abidjan) pour fêter la Noël au bord de la lagune Ebrié, n’occulte pas, quant à lui, malgré son émerveillement devant les nouvelles parures étoilées du Plateau, son "stress", à l’instar d’un bon nombre d’ivoiriens, face à "une flambée subite des prix des marchandises sur les marchés en ces temps de fête".

Hausse des prix, le hic…

Depuis le 19 décembre, le gouvernement ivoirien a procédé au virement des salaires des fonctionnaires, afin de leur faciliter les préparatifs des fêtes de fin d’année. Un pas emboîté par plusieurs entreprises privées dont les agents ont été déjà payés. Toutefois, les consommateurs semblent désemparés face au diktat des commerçants qui ne font que monter les enchères au niveau des cours des marchandises de grande consommation en période de fin d’année, notamment les jouets pour enfants, vêtements et autres denrées de premières nécessité.

Cette hausse anarchique des prix qui varient d’un marché à l’autre, quoique "normale", selon un économiste ivoirien qui la justifie par "une logique application de la loi de l’offre et de la demande à l’approche des fêtes", constitue la principale préoccupation des ménages. "Il fallait faire un choix, nous avons préféré acheter des cadeaux aux enfants pour la Noël sans rien prévoir d’autre pour cette fête ; car les marchés sont devenus extrêmement chers pour nos maigres revenus", regrette un fonctionnaire à la retraite résidant à Yopougon, une commune qui a eu droit à une animation relativement moins intense, ces 24 et 25 décembre, par rapport à celle qu’on lui a connu aux mêmes dates les années passées.

"Nous attendons le 31 (décembre) pour bien faire le show. Il faut qu’on renoue avec le beau vieux temps. On n’a pas bien fêté l’an dernier à cause de la crise (postélectorale)", promet de son côté Siriki D., couturier à Yopougon. Estimant que "même si les temps sont dures, on doit fêter ce premier 31" d’après crise.

Sécurité renforcée… attendant "le 31"

En attendant le 31 décembre, le puzzle sécuritaire du district d’Abidjan, et tout le reste du pays, est déjà monté. C’est exclusivement l’affaire des forces de première et de deuxième catégories, la police et la gendarmerie, qui se sont déployées dans toute la ville pour permettre aux fêtes de fin d’année de se dérouler dans de la quitude.

(aip)

Kn/tm/

LIENS PROMOTIONNELS