Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article



Dernières dépêches



Comment

Politique

Pour la libération des pro-Gbagbo, Le plan des avocats
Publié le mercredi 11 janvier 2012   |  Soir Info




Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Les avocats des détenus pro-Gbagbo ne démordent pas. Ils entendent tout mettre en œuvre pour obtenir gain de cause. Ils sont, en effet, sur le point d’introduire de nouvelles demandes de libération provisoire de leurs clients incarcérés au nord du pays. Comme stratégie pour atteindre leur objectif, à savoir la mise en liberté provisoire des détenus pro-Gbagbo, ils ont décidé, selon des sources bien informées que nous avons interrogées, le mardi 10 janvier 2012, de s’intéresser cette fois à tous les prisonniers en déposant une demande pour tous auprès de la justice, quitte à elle de statuer sur chacun des cas. «Je pense que ce sont des étapes de procédure et nous allons nous y engager pleinement pour la libération de nos clients», nous a indiqué un des avocats du collectif de la défense des pro-Gbagbo. En outre, ils comptent régulièrement et sans relâche développer des arguments en vue de convaincre la justice sur l'opportunité pour elle d'accéder à leur requête. Il faut noter que ces détenus sont au nombre de 19 (9 à Boundiali; 4 à Katiola; 2 à Bouna; 4 à Korhogo), parmi lesquels le président du Front populaire ivoirien Pascal Affi N’Guessan; le premier ministre Aké N’Gbo, chef du récent gouvernement de Laurent Gbagbo; Simone Gbagbo, ex-première Dame; le général Dogbo Blé Denis, ex-commandant de la garde républicaine. Il faut rappeler que les 21 et le 28 décembre 2011, la chambre d’accusation de la Cour d’appel avait rejeté la requête des avocats. Comme motif, la justice a fait savoir que « la détention des prévenus est nécessaire pour la manifestation de la vérité ». Pour certains avocats approchés, c'est une formule bateau dont se sert abondamment la justice pour maintenir leur clients en prisons. « Nous savons que les enquêtes concernant nos clients ont été bouclées. Et nous pensons que l'on devrait accorder à ceux qui le méritent d'être libérés provisoirement », ont-ils fait remarquer.

A. BOUABRE

LIENS PROMOTIONNELS