Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Société
Article



Dernières dépêches



Comment

Société

Entretien / Pasteur Yao Adrien de la Mission internationale de résurrection et de vie abondante : ‘’Si Gbagbo revient, c’est pour être serviteur de Dieu et non pour être président de la République’’
Publié le mercredi 18 janvier 2012   |  L'intelligent d'Abidjan




Vos outils
height=28

PARTAGEZ

Depuis 2006, Yao Adrien est pasteur et président-fondateur de l’Eglise MIRVA (Mission internationale de résurrection et de vie abondante). Suite à la destruction de son église à l’Ile Boulay par le projet d’extension du Port Autonome d’Abidjan, le pasteur Yao Adrien a dû se replier sur Abidjan pour prêcher l’Evangile. L’homme de Dieu s’est confié à l’Intelligent d’Abidjan.

Nous sommes en 2012. Quelles prophéties pour la Côte d’Ivoire, cette année ?
Il faut dire que beaucoup de gens s’agitent actuellement, en se répandant dans les journaux. Je suis l’un des rares pasteurs à avoir annoncé la victoire d’Alassane Ouattara dans la presse. Beaucoup le savaient mais ils avaient peur d’en parler. Après cette prophétie, j’ai déserté ma maison pendant 10 jours. Concernant l’année 2012, il faut dire que c’est quand il y a un problème que Dieu peut révéler certaines choses à son serviteur. Sinon il ne suffit pas de faire des révélations pour faire plaisir à l’homme. Selon ce que Dieu nous montre actuellement, il n’y a rien. Au plan spirituel, le pouvoir Ouattara est sécurisé ; il n’y a pas de danger actuellement. Maintenant au plan physique, il peut avoir des rancœurs, mais cela n’aura aucune répercussion sur son pouvoir.

Quelle interprétation faites-vous des nombreux accidents sur nos routes et quel sens donnez-vous à la fête des lumières qui est diversement appréciée par les Ivoiriens ?
Il faut dire que cela ne date pas d’aujourd’hui concernant la Côte d’Ivoire. Depuis le temps d’Houphouët-Boigny, on a eu beaucoup de calamités ici dans cette nation. Je n’ai aucune interprétation condamnant x ou y. Les malheurs qui arrivent ne sont pas liés à un pouvoir, encore moins au pouvoir Ouattara. Aux Etats-Unis, il y a eu plusieurs attentas; en Haïti, il y a eu des calamités. Quand un pays se développe, il se développe avec toutes ses calamités. Et c’est ce que les Ivoiriens doivent comprendre. C’est inévitable, sauf si la Côte d’Ivoire ne veut plus se développer. Concernant les lumières, Jésus a dit que son royaume n’est pas de cette terre, mais se trouve dans les cieux. Certains disent que c’est l’œuvre des francs-maçons. Pour moi, ce ne sont pas des actes condamnables. Je ne dis pas que les jeux de lumières viennent de Dieu, mais ils ne sont pas l’œuvre du diable.

Que pensez-vous des révélations du prophète Malachie ?
Il faut savoir faire la part des prophéties. Parce qu’il y a les prophètes des nations et les piètres prophètes. La différence, c’est que c’est au prophète des nations que Dieu parle et confie la destinée de ses semblables. Il ne parle pas pour un individu ni pour une communauté ; il parle seulement pour les nations. En Côte d’Ivoire, il n’y a pas de prophète des nations. A part Kacou Séverin, on ne peut plus parler aujourd’hui de prophètes des nations. Le prophète Kacou Sévérin avait dit qu’il y aura la guerre et que le pays sera divisé. Mais les gens ne l’ont pas écouté. Après sa mort, tout le monde s’est lancé dans la prophétie. Tous ceux qui sont là actuellement sont des piètres de prophètes. Ils ne sont pas prophètes des nations, mais d’une seule communauté. C’est-à-dire que Dieu leur fait des révélations sur un individu ou sur des individus de leur communauté, mais pas de la nation tout entière. Malheureusement, les gens se sont appropriés cette notion de prophète des nations et puis ils parlent. Les gens n’analysent pas la prophétie. Il y a le corps de la prophétie et il y a l’esprit de la prophétie. Quand on parle de retour de Gbagbo Laurent, ça c’est au plan spirituel et non physique. Gbagbo peut revenir et il peut être serviteur de Dieu. Dieu a besoin de lui pour être son serviteur. C’est pourquoi il est venu avec la Refondation. Si Gbagbo revient, c’est pour être serviteur de Dieu. Ça ne sera pas pour être président. Il y a une fibre tribale qui joue dans ces histoires de prophéties qu’il faut combattre. Car ce n’est pas bon.

Un mot sur la réconciliation nationale ?
Je pense que le président Alassane Ouattara doit donner les pleins pouvoirs à Charles Konan Banny de pouvoir faire son travail. Nous disons que Dieu est amour. L’amour s’applique entre les enfants d’une même famille ou d’une même nation. Donc l’amour est réciproque. Pour manifester l’amour, le président Ouattara doit dégeler les avoirs des anciens barons du FPI pour qu’il n’y ait plus de cas malheureux comme la mort de Bohoun Bouabré. Pour les personnalités qui sont détenues au Nord du pays, nous souhaiterions que ceux qui doivent être jugés soient jugés et il faut libérer ceux qui doivent l’être. Il faut que la Justice fasse son travail pour que les parents soient situés sur le sort de leurs enfants qui sont détenus. Voici ce qui doit être la priorité en 2012. Nous souhaiterions aussi que le président Alassane Ouattara fasse revenir Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire afin de le juger ici au pays et s’il doit être condamné, qu’il le soit ici et par la suite Dieu décidera. Cela permettra aux cœurs d’être désarmés. Quant aux Ivoiriens, je leur demande de vaquer sereinement à leurs occupations et de ne pas se laisser effrayer par les oiseaux de mauvais augures qui ne voient que la guerre et la vengeance partout. Parce que Dieu n’est pas aussi méchant que ça pour que à chaque fois, il envoie une guerre en Côte d’Ivoire. Dieu a fait ça (Ndlr : la crise postélectorale 2010) pour corriger une situation en Côte d’Ivoire. C’est tout!

Réalisé par Dosso Villard

LIENS PROMOTIONNELS