Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article



Dernières dépêches



Comment

Politique

Yamoussoukro/ Réunion de la Cerao
Publié le mercredi 25 janvier 2012   |  L'expression


Religion:
© Présidence par Aristide
Religion: le Président Ouattara aux travaux de la Conférence épiscopale régionale de l’Afrique de l’Ouest (Cerao)
Mardi 24 janvier 2012. Yamoussoukro. Le Président de la République, SEM Alassane Ouattara, à l`Assemblée générale constitutive de la Conférence épiscopale régionale d`Afrique de l`Ouest (Recowa/Cerao)


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Réunis à Yamoussoukro, les évêques de l’Afrique de l’Ouest ont tiré la sonnette d’alarme sur les maux qui minent le contient.
Les Evêques dénoncent le tribalisme, la xénophobie
A l’ouverture des travaux de la Conférence épiscopale régionale de l’Afrique de l’Ouest (Cerao), les évêques n’ont pas eu la langue dans la poche. Hier, à Yamoussoukro, les hommes de Dieu ont dénoncé la mal gouvernance qui a plongé de nombreux pays dans le chaos. Le président de la Cerao, Mgr Adrien Sarr, a ouvert le bal des critiques contre les dirigeants africains. « Le diabolo (diable, ndlr) ne cesse de promouvoir divisions et haines, luttes fratricides et mépris des pauvres», a fustigé l’archevêque de Dakar. Le Nonce apostolique, Ambrose Madtha, lui a emboîté le pas en dénonçant l’instrumentalisation du peuple par des hommes politiques en mal de slogan mobilisateur. « Certaines sociétés africaines ont été conduites à la ruine par la soif du pouvoir et de l’avoir. On a utilisé la fibre ethnique, tribale, régionale ou religieuse pour rallier des populations à sa cause au lieu de favoriser le vivre ensemble», a condamné le représentant du Vatican sur les bords de la lagune Ebrié. Puis d’ajouter : « il n’y a pas de paix sans justice, il n’y a pas de justice sans pardon. La véritable paix est en réalité œuvre de justice». Le président de la conférence épiscopale de Côte d’Ivoire, Alexis Touabli Youli, a embouché la même trompette en mettant en garde contre une explosion sociale. « Les forces du Mal ont de multiples visages en Afrique : tous ces pauvres qui sont pauvres parce qu’on les appauvrit. Ces faibles qui sont faibles parce qu’on les affaiblit. Ces affamés qui sont affamés parce qu’on leur vole le pain auquel ils ont légitimement droit. Tous ces hommes qui n’ont rien parce qu’on leur a tout arraché. Ces laissés-pour-compte qui crient leur misère. Si nous n’y prenons garde, un temps viendra où les cris des affamés et la grogne des révoltés couvriront nos douces mélodies religieuses», a mis en garde l’évêque d’Agboville. Le chef de l’Etat a exprimé pour sa part la soif de paix des Ivoiriens traumatisés par plusieurs années de crise. « Les Ivoiriennes et Ivoiriens pour leur part, ont besoin de se retrouver pour vivre ensemble dans l’unité, la fraternité et l’amour. Et pour bâtir une nation rassemblée et réconciliée», a-t-il fait savoir. Le président de la République a sollicité la prière des hommes de Dieu pour que l’Afrique de l’Ouest tourne le dos à la violence. « Les ressortissants de ces Etats veulent tourner le dos à toutes ces années de crises qui les ont secoués ici et là. Pour ce faire, elles veulent compter sur leurs propres efforts, mais aussi avec le secours et la grâce du Tout Puissant, sur vos prières », a invité le locataire du palais du Plateau. Pour lui, « les attentes de nos populations en Afrique de l’Ouest, particulièrement en Côte d’Ivoire, en matière de réconciliation, de vérité, de justice et de paix, mais aussi de développement sont grandes ».
Cette réunion qui prend fin le 29 janvier a pour thème : « L’Eglise, famille de Dieu, en Afrique de l’Ouest, au service de la réconciliation, de la justice et de la paix ».

Correspondance particulière

LIENS PROMOTIONNELS