Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Société
Article



Dernières dépêches



Comment

Société

Réhabilitation des commissariats de police : 7 entrepreneurs mis aux arrêts, hier
Publié le jeudi 26 janvier 2012   |  Le Nouveau Réveil


Sécurité:
© Abidjan.net par Prisca
Sécurité: les ministres Hamed Bakayoko et Paul Koffi Koffi s`attellent à la remise des commissariats aux policiers et à la sécurisation du District d`Abidjan
Jeudi 18 aout 2011. Abidjan. Commissariat de police du 6ème arrondissement, zone 3, Marcory. Le ministre d`Etat, ministre de l`Intérieur, Hamed Bakayoko et son homologue de la Défense, Paul Koffi Koffi assistent à la remise des Commissariats de police et de brigades de gendarmeries d`Abidjan Sud, avant de participer à une réunion sur la sécurisation de la ville d`Abidjan, au ministère de la Défense


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Sept (07) des soixante quatorze (74) entrepreneurs qui ont remis les infrastructures de police en l’état après le passage des pilleurs lors de la crise aigüe que la Côte d’Ivoire a enregistrée après le second tour de l’élection présidentielle dernière, sont sous les verrous depuis hier. Convoqués à la police économique, ils ont été mis aux arrêts. Ils sont accusés de surfacturation ou de tentative d’escroquerie. L’affaire a été portée sur la place publique la semaine écoulée par un confrère. Elle a pris une allure que les entrepreneurs étaient très loin de s’imaginer. L’historique remonte au 15 avril dernier, trois jours après l’arrestation de Laurent Gbagbo. A l’école de police, le ministre Hamed Bakayoko qui s’est fait une idée du désastre subi par les infrastructures publiques après le passage des pilleurs, avait instruit ses services de tout mettre en œuvre pour la réhabilitation rapide des commissariats en vue d’une reprise rapide des services de police. Des entrepreneurs ont entendu son appel et tout de suite, se sont mis à l’ouvrage. Mais les factures produites par certains à la fin de travaux, s’avèrent exorbitantes, avec des montants allant jusqu’à cent millions de francs pour une simple réhabilitation. Toute chose que les autorités jugent exagérée. Des entrepreneurs qui nous ont joints, hier, ont indiqué, en retour, avoir pris beaucoup de risques pour démarrer les travaux de réhabilitation, surtout qu’à l’époque, la sécurité était très précaire, les établissements banquiers étaient tous fermés. Aussi justifient-ils ces factures par ce fait étant entendu que les marchés n’ont pas été attribués dans les normes requises, c`est-à-dire, par appel d’offres comme il est recommandé en pareil cas. Toujours est-il qu’un cabinet a été commis pour la vérification des sites. Les entrepreneurs ont, par la suite, été convoqués pour être entendus. Sur 74, 60 se sont présentés devant les officiers de police. Les autres nous ont fait savoir leur mécontentement après l’arrestation de 7 des leurs. Ils estiment qu’ils devraient être appelés à la table de négociation plutôt que d’être humiliés de la sorte. Surtout qu’ils ont pris des risques énormes et engagé des fonds énormes pour remettre les services de police sur pied.

P.K

LIENS PROMOTIONNELS