Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article



Législatives : Candidats à connaitre

Futurs députés! Faites-vous connaître

Comment

Politique

Certification des législatives/L’Onuci va-t-elle désavouer le Conseil constitutionnel ?
Publié le mercredi 8 fevrier 2012   |  Nord-Sud




Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Le suspense autour des résultats définitifs du scrutin législatif de décembre dernier est loin d’être terminé.

La messe des résultats de l’élection législative du 11 décembre 2011 est loin d’avoir été totalement dite. Et, de toute vraisemblance, la dernière messe qui renvoie à la certification du scrutin, pourrait, tout autant que les précédentes, comporter bien de surprises. Selon les dires du Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies, cette certification pourrait avoir lieu cette semaine. « L’Onuci va certifier partiellement, la semaine prochaine, les élections législatives sur les décisions arrêtées par le Conseil constitutionnel et la Commission électorale indépendante », a clairement indiqué, vendredi dernier, Bert Koenders, le patron de la mission onusienne. C’est au sortir d’une réunion tripartite (Onuci, Conseil constitutionnel et Cei) que M. Koenders a annoncé son intention d’entrer en scène. Va-t-il alors conforter ou désavouer la Commission électorale indépendante et surtout, le Conseil constitutionnel qui vient de trancher les cas de litige à lui soumis ? C’est la grosse interrogation qui ne manque pas de priver des candidats et des chapelles politiques de sommeil. En effet, l’histoire de la certification des élections en Côte d’Ivoire nous rappelle qu’en décembre 2010, dans le contentieux de la présidentielle, la mission onusienne, dirigée à l’époque par Y. J. Choi, avait complètement désavoué le juge des élections ivoiriennes. Or, comme il y a un an, les Ivoiriens se trouvent englués dans des palabres post-électorales que l’Onuci doit trancher. La conférence de presse, organisée jeudi dernier, par l’Union pour la démocratie et pour la paix en Côte d’Ivoire (Udpci), pour critiquer les arrêts rendus par Francis Wodié, est la preuve que Bert Koenders ne fera pas qu’expédier les dossiers. Même si certains analystes ont vu dans le tête-à-tête de vendredi à la Cei une occasion pour arrondir les angles entre les partenaires du processus électoral, l’Onuci distribuera certainement des bons ou mauvais points. Va-t-elle repêcher ou recaler des députés ? « Elle va certifier partiellement les législatives », nous a répondu, hier, dans un langage diplomatique, le porte-parole de la mission onusienne, Hamadoun «Touré. Pourquoi certifier partiellement ces élections ? Est-ce à dire que le certificateur compte endosser les arrêts du Conseil constitutionnel ? », insistons-nous. Réponse de M. Touré : « Il va les certifier partiellement parce que des élections seront reprises dans certaines localités. Pour le reste, attendez de voir quand nous aurons fini. Dès que nous aurons tous les éléments, nous vous tiendrons informés de notre certification ». Mais, tout comme lors de la présidentielle, c’est l’ensemble du processus que les Nations Unies vont encore certifier : de la liste électorale à la proclamation des résultats par la Cei en passant par la campagne. Or, quand on sait les péripéties de ces législatives, violences autour de la campagne avec mort d’hommes ou les empêchements de vote signalés dans certains bureaux que vote, on finirait de se convaincre de Bert Koenders va frapper fort. Surtout pour ne pas perdre en crédibilité.


Marc Dossa

LIENS PROMOTIONNELS