Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article



Dernières dépêches



Comment

Politique

Réglages au Rhdp Bédié Ouattara : ce qui pose problème
Publié le vendredi 10 fevrier 2012   |  Soir Info


Activités
© Présidence par Seibou Traore
Activités du chef de l`Etat: le retour du Président Ouattara à Abidjan
Mardi 7 février 2012. Abidjan.Le Chef de l’Etat, S.E.M. Alassane Ouattara regagne son pays après avoir effectué une visite d’Etat en France et pris part au Sommet de l’Union Africaine en Ethiopie.


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci), Henri Konan Bédié pense que ‘’des réglages doivent être effectués au Rhdp’’, la coalition politique au pouvoir à laquelle appartient sa formation politique. Il a crevé l’abcès au cours de la présentation des vœux de nouvel an organisée par son parti, le mercredi 8 février 2012 à la maison du parti à Cocody. Sans entrer dans les détails, Bédié qui est, par ailleurs, président de la conférence des présidents du Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (Rhdp), a volontairement ou involontairement confirmé l’existence de problèmes dans la coalition politique au pouvoir. Ces problèmes, on peut l’affirmer, ont véritablement commencé avec la formation du gouvernement Ouattara 1, le 1er juin 2011. Le Pdci, du moins plusieurs de ses cadres, ont estimé que le nombre de portefeuilles ministériels (8 contre 14 pour le Rdr) octroyé à leur parti, était en deçà du soutien de taille qu’il a apporté au Rassemblement des Républicains (Rdr) dans l’élection de son président à la tête de l’Etat. Pendant une bonne période, des grincements de dents et même des menaces ont secoué le parti à l’emblème éléphant. L’écart important entre les deux formations phares du Rhdp, est certainement un problème que le Pdci souhaite voir réglé. Dans la même vaine, le parti cinquantenaire se sent lésé dans les nominations dans l’administration et à d’autres fonctions. Le problème crucial qui est en passe de diviser le Rdr et le Pdci, est la question de la Primature. Arrivé au second tour de l’élection présidentiel de 2010, Alassane Ouattara (candidat du Rdr) avait promis la Primature au parti d’Henri Konan Bédié, en cas de victoire. Mais la crise post-électorale a contraint Alassane Ouattara (déclaré vainqueur par la Cei et la Communauté internationale) à se refugier au Golf hôtel où il a constitué un gouvernement restreint avec comme premier ministre, Guillaume Soro, le secrétaire général des Forces nouvelles (Fn). Celui-ci est reconduit le 1er juin 2011 après la chute de Laurent Gbagbo et du Fpi. Cette nomination, le Pdci a semblé l’accepter malgré lui. Aujourd’hui, les militants et responsables du plus vieux parti de Côte d’Ivoire estiment que le temps est venu de respecter la parole donnée.
Equation difficile

Le président Ouattara qui tient à honorer ses engagements, ne veut pas ignorer les réalités notamment au plan sécuritaire. Guillaume Soro dont les troupes de l’ex-rébellion ont rejoint en masse la nouvelle armée, se présente toujours aux yeux de Ouattara, comme l’homme qui a une influence certaine sur son armée. Ayant été avec ses troupes au devant de la ‘’révolution orange’’ qui a conduit à la chute du régime Fpi, Guillaume Soro est sans nul doute pour Ouattara, un maillon essentiel dans la réforme de l’armée et la restauration de la sécurité. De l’autre côté, à la base et même à un niveau du sommet, le Pdci s’impatiente et espère avoir au plus tôt sa Primature. Au milieu, le président de la République et celui du Pdci réfléchissent à la question. On parle de plus en plus d’un gentleman agreement qui étancherait la soif du Pdci avec la présidence de l’Assemblée nationale contre le maintient de Guillaume Soro à la Primature. Autre problème à régler au sein du Rhdp, les élections locales à venir. Bédié et Ouattara qui n’avaient pas pu convaincre leurs partisans d’aller aux législatives en Rhdp, devront trancher définitivement. A savoir aller en rangs dispersés ou en Rhdp. L’équation s’annonce difficile face aux appétits individuels de leurs partisans. Par ailleurs, il faudra régler la situation des ‘’petits calibres du Rhdp’’, que sont l’Udpci et le Mfa. Ces deux partis se sentent écrasés et méprisés par le Rdr et le Pdci dans les prises de décision. Anaky Kobena, le président du Mfa n’en finit pas de rougir et de sortir ses griffes face à Bédié et Ouattara. Autant de difficultés que le Rhdp doit résoudre pour éviter l’explosion, lui qui envisage de devenir un parti unifié.

BAMBA Idrissa

LIENS PROMOTIONNELS