Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article



Dernières dépêches



Comment

Politique

Arrestation de mercenaires à Lakota : Comment les pro-Gbagbo veulent brouiller les pistes
Publié le mercredi 22 fevrier 2012   |  L'expression




Vos outils
height=28

PARTAGEZ


L’Expression a rapporté en exclusivité, samedi, l’arrestation d’un groupe de mercenaires voulant attenter à l’autorité de l’Etat. Il n’en fallait pas plus pour provoquer une réaction à Niambézaria dans le département de Lakota. Des femmes ont marché pour réclamer la libération de leurs enfants qui seraient injustement arrêtés. La protestation a été abondamment relayée par notre confrère Notre Voie. Mais quand on relit les aveux de Tébahi Guy Joël, le ‘‘gbasseur’’ des personnes mises en cause, on ne peut s’empêcher de croire qu’il y a une volonté manifeste de brouiller les pistes ou d’endormir le pouvoir Ouattara pour permettre aux mercenaires et autres combattants pro-Gbagbo de s’installer paisiblement. L’homme dit clairement qu’il ‘‘canque’’ (préparer mystiquement) les jeunes pour les rendre « invulnérable et impitoyable ». Et d’ajouter : « J’ai déjà canqué des jeunes en formation prêts à se battre ». Comment face à de tels aveux, peut-on vouloir parler d’arrestation arbitraire surtout que l’individu révèle : « Nous faisons l’entrainement la nuit. Nous avons des fusils calibre 12, des kalaches et des munitions. C’est notre chef Escar qui est à Divo qui nous livre l’arsenal ».

Des jeunes qui se « gbass » simplement pour se protéger contre d’éventuels agresseurs ont-ils besoin de kalach ? Il faut plutôt féliciter les Frci d’avoir réussi à mettre le grappin sur des individus qui, au lieu de travailler honnêtement pour gagner leur vie, préfèrent emprunter des raccourcis dangereux. Les découvertes multiples de caches d’armes et de camps d’entrainement pour miliciens sont la preuve que les pro-Gbagbo n’ont pas encore compris que la voie des armes est sans issue pour eux.

Traoré M. Ahmed

LIENS PROMOTIONNELS