Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Économie
Article



Dernières dépêches



Comment

Économie

Port d’Abidjan, Rti, Sotra: Les inquiétudes ( ?) de la Fesaci ?
Publié le mercredi 22 fevrier 2012   |  Le Nouveau Réveil


Le
© Reuters
Le Port Autonome d`Abidjan


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Depuis un certain temps, la Fesaci se fait particulièrement remarquer par ses prises
de position sur les licenciements massifs et les chômages techniques qui seraient opérés
dans certaines sociétés décrétées à un moment donné résistantes( ?) sous le régime de la refondation.

Les sociétés les plus citées sont le port autonome d’abidjan, la sotra et la Rti.

On n’hésite pas à parler de chasse aux sorcières et même d’une forme de nettoyage ethnique, les licenciements et les chômages techniques touchant souvent, nous le souligne-t-on, les ressortissants de régions données.

Nous nous sommes rapprochés de la plus grosse de ces entreprises à savoir le port autonome d’abidjan (paa) aux fins de vérifier le bien fondé des accusations portées contre elle.

D’entrée de jeu, il a été porté à notre connaissance que depuis 1996, la Banque mondiale et les institutions financières internationales trouvaient pléthorique l’effectif du Paa et enjoignaient à cette structure de descendre en dessous de 1000 pour se conformer aux standards internationaux.

il était d’ailleurs rappelé à la direction du port d′abidjan qu’un autre port de la sous région qui avait le même effectif, a dû le diviser par deux sans que sa rentabilité et sa compétitivité en souffrent. Bien au contraire les 650 agents qu’il a conservés, parce que mieux rémunérés et davantage motivés, ont permis à ce port de réaliser des performances que les plus de 1200 agents qu’il avait n’ont jamais atteintes.

La direction du port trainant les pieds face aux injonctions de la Banque mondiale, la réduction de l’effectif du Paa devenait une conditionnalité pour toute aide à notre pays.
c’est sur ces entrefaites qu’est intervenu le coup d’etat du 24 Décembre 1999.

Le dossier, semble t il, a été enterré par le régime militaire puis par celui de la refondation.
Pourtant, à défaut de procéder à cette réduction drastique de l’effectif comme le demandait la Banque mondiale, il fallait éviter d’accroitre un personnel déjà pléthorique dont le rendement était sujet à caution.

C’était compter sans les refondateurs pour qui la prudence et la sagesse en matière de gestion était une vue de l’esprit.
Ainsi de 2000 à 2010, l’effectif du paa, loin de décroitre est passé allègrement de 1200 à 1950 agents sans qu’aucune raison économique surtout‚ ne justifie des embauches d’une telle ampleur.

N’oublions pas en effet qu’avec la rébellion armée de 2002 et la cécité politique des refondateurs :
- L’etat de la côte d’ivoire ne réalisait aucun investissement.
- Les entreprises installées sur notre sol, n’en réalisaient pas non plus, pressurées qu’elles étaient par les impôts, taxes et rackets de tous genres.

Les importations étaient par conséquent quasi inexistantes surtout avec le détournement du trafic des pays sans littoral vers d’autres ports.

L’économie déjà en agonie s’est totalement effondrée en novembre 2004 avec la guerre pichrocolienne de monsieur Gbagbo et le départ massif des Français, en majorité des entrepreneurs dans notre pays. C’est dire que les tonnages délirants déclarés par le port d’abidjan étaient pure chimère, le poumon économique de notre pays se désagrégeant lentement mais sûrement.

Loin d’être cette entreprise qui résiste comme le faisaient croire les refondateurs, le port d’abidjan sombrait plutôt dans l’Océan atlantique!

D’où cela vient-il qu’on se soit «amusé » à recruter 750 agents de plus alors que c’est l’inverse qui aurait dû être fait ?
- Les refondateurs et leur alliés, dont la Fesaci, se sont laissé endormir par le chant des sirènes et le port d’abidjan n’a pas eu besoin d’être englouti par scylla, parce qu’il avait déjà heurté charybde qui l’a désagrégé.
- Les embauches répondaient donc exclusivement à la culture d’un clientélisme politique et la plupart des agents recrutés, si ce n’est la quasitotalité, venaient d’une seule et même
région.
- il nous a été révélé que nombre de travailleurs n’avaient même pas de bureau au port, qui passaient juste à la fin du mois pour percevoir leur salaire.

Les faux diplômes pleuvaient sur le port et des personnes sans qualification se prévalaient de diplômes imaginaires pour percevoir des salaires mirifiques !

- une révélation plus ahurissante qui donne à penser que la déraison s’était emparée de la Direction de la société: l’embauche, en une seule journée, de cent(100) agents au port.
- Quelle est cette entreprise qui se trouve subitement en présence d’un besoin boulimique de personnel au point de recruter en un seul jour cent(100) employés pour faire face à
de nouvelles charges… qui n’existent pas ?
- en outre, comme mentionné plus haut, ces nouveaux agents provenaient à 95% de la même région dont les ressortissants ont soudainement découvert qu’ils avaient le pied
marin. tout le monde sait que les refondateurs ont joué avec notre pays et avec nos entreprises et la Fesaci est très mal venue de s’ériger en défenseurs d’emploi qui n’ont jamais vraiment existé.
- On s’est contenté de faire de la mauvaise politique en procédant à des
embauches insensées et ethniques.
- Qui ne se souvient des concours d’entrée à l’ena, à la Fonction publique et à l’ecole de police avec des quotas de candidats présélectionnés sur des bases ethniques et préadmis avant d’avoir composé ?
- avec la refondation, les critères d’embauche et d’admission aux examens et concours étaient simples : être militant du Fpi appartenir à des régions données.
- et la Fesaci, concernant le Paa, veut que la nouvelle direction continue dans les mêmes aberrations pour sauver des emplois uniquement parce que le chef de l’etat prône le plein
emploi ?
- La Fesaci peut elle prétendre ignorer qu’alors qu’avant le coup d’etat de 1999 le paa disposait d’une trésorerie de 24 milliards, cette société se retrouve aujourd’hui endettée à hauteur de 100 milliards ?
- La Fesaci peut elle prétendre ignorer que depuis 2009, le Paa n’honorait plus ses factures d’eau et d’électricité et qu’aucun fournisseur n’était plus payé ?
- plutôt que de se plaindre des licenciements et des chômages techniques actuels, la Fesaci aurait dû en amont, s’assurer que ces sociétés dont on dit qu’elles résistaient étaient gérées selon les règles de l’art et que les embauches massives qui y étaient faites étaient justifiées.
- ces pseudo syndicats dits de gauche ( ?), une gauche bien droitière‚ en réalité bras armé du Fpi ont laissé faire, dépourvus qu’ils étaient du moindre amour pour la patrie.
- On se déclarait patriote uniquement pour piller et ruiner le pays !
- Quoi de plus normal qu’à embauche massive injustifiées et stupides, réponde un licenciement non moins massif mais justifié par la nécessité d’assurer la survie de l’entreprise ? et dans la mesure où les recrues provenaient presque tous de la même
région‚ comment peut on s’étonner que les licenciements touchent les travailleurs (?) embauchés sur des bases ethniques?
- La Fesaci menace ces entreprises qui croulent sous le poids de la dette et de ce personnel pléthorique de mouvements de grève alors que par son silence complice et coupable, elle a contribué à asphyxier des entreprises qui avaient toutes fière allure avant l’arrivée calamiteuse de la refondation au pouvoir.
- pour notre fameux syndicat de gauche ( ?) le paa doit continuer à entretenir 1950 agents, la plupart bardés de faux diplômes et partant notoirement incompétents parce que pour la Fesaci, c’est cela la politique sociale. c’est dire que la Fesaci impute à crime capital aux directeurs généraux responsables, leur volonté de nettoyer à leur niveau ces écuries d’augias qu’étaient devenues la côte d’ivoire et ses entreprises !
- pourquoi procède t on à quelques embauches malgré ces licenciements?
- Faut il continuer à patauger dans l’incompétence et l’incurie alors que le paa a besoin de personnel compétent pour reprendre son souffle ?
- On se débarrasse tout simplement de l’ivraie pour amasser le bon grain.
- il est certain que ce calvaire du port sous la refondation est celui vécu par la sotra et par la rti.
- aux mêmes maux, les mêmes remèdes donc !
- Les gesticulations et les jappements de la Fesaci toujours prompte à créer la chienlit au profit du Fpi ne sauraient nous distraire.
- Le régime actuel ne fait aucunement partie du troupeau d’epicure et il entend prendre ses responsabilités et les mesures idoines pour sauver le grand malade qu’est la côte d’ivoire.
- Le médecin généraliste de la refondation ayant échoué en tout et partout, le chirurgien qui a été appelé au secours est en train de démontrer sans tapage que seules l’incompétence et l’incurie associées à un pouvoir exclusivement jouissif ont
plongé la côte d’ivoire dans l’abîme et il a les solutions pour faire émerger notre pays.
- La Fesaci n’a jamais lancé le moindre mot d’ordre de grève au moment où plus de 70% du peuple ivoirien pouvaient à peine s’offrir un repas famélique par jour.
- il est vrai que les responsables de ce syndicat qui étaient au beurre‚ récompensés qu’ils étaient pour avoir été le fer de lance de la contestation visant à rendre le pays ingouvernable et qui a conduit leur maître au pouvoir n’en avaient cure.

Les inquiétudes de la Fesaci? mon oeil ! Fallacieux prétexte pour semer le trouble et installer la chienlit dans l’espoir de retrouver leurs privilèges et leurs prébendes !
- alors qu’ils cessent de s’agiter à présent car pour paraphraser leur dieu
sur terre « on voit le dos du nageur !».

Doubé binTy

LIENS PROMOTIONNELS