Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Économie
Article



Dernières dépêches



Comment

Économie

Amélioration de la production du riz et de l’aquaculture : Les experts en conclave à Abidjan
Publié le jeudi 23 fevrier 2012   |  Notre Voie




Vos outils
height=28

PARTAGEZ


La production nationale du riz blanchi en Côte d’Ivoire est estimée à 600.000 tonnes par an. Pourtant la demande intérieure a atteint 1,5 million de tonne annuelle depuis 2008. C’est pour contribuer à réduire le déficit constaté qu’un atelier s’est ouvert, mardi dernier, au golf hôtel. Il est initié par la FAO, l’ambassade du Japon et les ministères de l’Agriculture et des Ressources animales et halieutiques. «Augmentation de la production et développement du marché en Afrique de l’Ouest» est thème de l’atelier qui prend fin aujourd’hui.
«En considérant aussi le marché mondial du riz ou seulement 5% de la production mondiale de riz fait l’objet d’échanges internationaux, nous pouvons affirmer que notre pays est confrontée à un risque réel d’approvisionnement en riz qui fait peser une menace immédiate sur la sécurité alimentaire et la cohésion social comme en mars 2008», redoute le ministre de l’Agriculture, Mamadou Sangafowa Coulibaly. Il est convaincu que la Côte d’Ivoire peut relever le défi de l’autosuffisance en riz. Il a évoqué la Stratégie nationale de développement de la filière riz (SNDR) adopté par le conseil des ministres le 15 février dernier. Et qui devrait permettre au pays de produire 1,9 million de tonne de riz annuelle à partir de 2016. Le ministre de l’Agriculture a aussi annoncé le plan de développement de la pêche et de l’aquaculture.
Le représentant du Représentant-résident de la FAO, à Abidjan, Luc Genot, coordonnateur des opérations d’urgences, a fait savoir que le Programme spécial pour le développement de l’aquaculture en Afrique (SPADA) a pour objectif d’augmenter dans la région les opportunités de développement du secteur. Et aider les payer africain à réduire la pauvreté non sans augmenter la sécurité alimentaire par l’amélioration de l’offre et l’accès au poisson à travers le développement durable de l’aquaculture. L’atelier, a-t-il dit, est le premier après le bilan à mi parcours du SPADA.
L’ambassadeur du Japon en Côte d’Ivoire, SEM. Susumu Inoue a lui promis que son pays n’abandonnera jamais la Côte d’Ivoire dans le combat pour l’autosuffisance alimentaire. La Coalition pour le développement du riz africain (CARD) va doubler, selon lui, la production de riz dans la région avant 2018.

G.E.

LIENS PROMOTIONNELS