Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article



Dernières dépêches



Comment

Politique

En un mot
Publié le vendredi 24 fevrier 2012   |  Nord-Sud




Vos outils
height=28

PARTAGEZ

Gervais dément
C’est illico que Gervais Coulibaly, aujourd’hui président de Cap-Udd a tenté de démentir l’information selon laquelle il sollicite le chef du Faso, Blaise Compaoré pour entrer dans le prochain gouvernement Ouattara. Même s’il soutient avoir recouru au représentant du Facilitateur, Bouréima Badini pour relancer le dialogue pouvoir-opposition, l’ancien porte-parole de Laurent Gbagbo, assure qu’il n’a jamais été question d’une entrée au gouvernement.

Human Rights/ Wtach plaide pour Matto Cissé…
L’organisation de défense des droits de l’Homme, Human Rigths Watch, plaide pour une rallonge du mandat de la Commission nationale d’enquête. Dans un communiqué rendu public, hier, Human Rigths Watch estime que « Il semble peu probable qu'elle ait été en mesure de documenter de manière adéquate les graves crimes commis pendant le conflit, ni d'identifier leurs auteurs dans les deux camps. La commission semble avoir effectué à ce jour son travail de manière expéditive ». D’où son plaidoyer.

…Et soutient le Fpi
Tout en souhaitant que son mandat soit rallongé, Human Rights Watch, est persuadéE que le rapport de la Commission nationale d’enquête sera biaisé parce que cette structure serait politiquement marquée et essentiellement composée des proches du pouvoir en place à Abidjan. Une grave erreur d’analyse surtout que cette analyse de Human Rights Watch ressemble étrangement aux arguments du Front populaire ivoirien dont le représentant à la commission a attendu d’empocher ses émoluments avant de suspendre sa participations aux activités de la commission.

L’avocat qui défend la réconciliation
Le fait est rare pour ne pas le souligner. Avocat de plusieurs personnalités proches de l’ancien régime Gbagbo, Me Hervé Gouaméné propose qu’au nom de la réconciliation, ses clients soient élargis. Purement et simplement. Son argumentaire : « lorsqu’on veut la réconciliation, il y a quand même des sacrifices qu’on fait. Les Noirs en Afrique du Sud avaient toutes les raisons du monde, lorsqu’ils ont pris le pouvoir, de mettre tous les Blancs en prison. Mais ils ont fait l’option de pardonner et de faire la réconciliation sans mettre quelqu’un en prison. Je pense qu’on pouvait laisser toutes ces procédures idiotes et chercher la vraie réconciliation. Parce qu’en réalité, il n’y a pas réellement d’infractions. Tout le monde est coupable dans cette histoire ».

LIENS PROMOTIONNELS