Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article



Dernières dépêches



Comment

Politique

Coulisses
Publié le vendredi 24 fevrier 2012   |  Nord-Sud




Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Jour férié pour les élèves

Avec l’arrivée d’Alassane Ouattara, il n’y a pas eu cours pour les élèves hier à Bouaké. La journée du jeudi a été pour eux jour férié. En tenue scolaire kaki et bleu blanc, ils sont fortement mobilisés très tôt le matin sur tout le tronçon du trajet venant de la ville à l’usine Olam.

Wattao, Chérif et Zackaria étaient là

Les cdts Wattao, Chérif Ousmane respectivement commandant en second de la Garde républicaine et du Groupe de sécurité présidentiel, et Zakaria Koné le patron de la police militaire ont coordonné la sécurité.

Sécurité renforcée

Sur l’itinéraire du cortège présidentiel, à chaque carrefour, il y avait un déploiement massif des Forces républicaines. A l’entrée principale de l’usine et à l’entrée de la salle de la cérémonie, une fouille minutieuse a été menée par les services de sécurité de la présidence avant l’entrée du président  de la République.  Un hélicoptère a survolé le cortège jusqu’à l’usine d’Olam.   

Les invités reçus sous un chapiteau

La cérémonie s’est déroulée sous un grand chapiteau dressé pour recevoir les invités. Avec à l’intérieur deux écrans géants. Les chefs traditionnels, les chefs de service et les autorités locales ainsi que plusieurs personnalités étaient présents.  


Alassane Ouattara :  ‘‘Bouaké me manquait, je reviendrai’’

 Avant la cérémonie de coupure de ruban, le chef de l’Etat a dit quelques mots à la presse.
 
"Je viens rendre hommage à tous  nos parents paysans qui font donc l’activité de cajou. Aujourd’hui, grâce au ministre Moussa Dosso, nous avons la grande joie de 30 tonnes de production de noix de cajou. C’est la plus grande structure moderne qui va employer 2400 personnes en matière de création d’emploi et de réduction du chômage. C’est un point  important. L’industrialisation est pour moi une priorité parce que la Côte d’Ivoire est d’abord un pays agricole, mais il faut qu’on aille au-delà. Que nous soyons en mesure d’industrialiser nos produits, de les traiter de manière à avoir de  la valeur ajoutée. Surtout aussi d’augmenter l’emploi. La création d’emplois pour les jeunes, pour les femmes, des emplois pour la population. Je voudrais féliciter le président du groupe Olam pour cette belle réalisation. Nous l’encourageons à poursuivre ces genres d’initiatives. Il nous a promis qu’il ferait une usine similaire à Korhogo et à Bondoukou. Bouaké me manquait. Mais je reviendrai pour  un séjour plus prolongé".

Propos recueillis par Denis Koné 

LIENS PROMOTIONNELS