Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article



Dernières dépêches


Comment

Politique

Trois mois après le transfèrement de son leader, Le Fpi satisfait des conditions de détention de Gbagbo
Publié le lundi 5 mars 2012   |  Nord-Sud


La
© AFP
La Haye : Laurent Gbagbo comparaît en direct
Lundi 5 décembre 2011. La Haye (Pays-Bas


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


L’ex-président Laurent Gbagbo est détenu à La Haye, depuis fin novembre dernier, dans des conditions acceptables, selon la direction intérimaire de son parti, le Front populaire ivoirien (Fpi). « En effet, durant les sept (7) mois d’incarcération à Korhogo, au nord de la Côte d’Ivoire, il était interdit au président Gbagbo de recevoir des visites, rendant impossible au Fpi de communiquer avec lui. Les conditions carcérales plus humaines à La Haye, ont permis à la direction du Fpi d’organiser cette visite… », se satisfait-elle dans un communiqué de presse dont copie a été adressée à notre rédaction. Le sentiment de satisfaction  de la direction du parti à la rose résulte du rapport que lui a fait son président intérimaire, Sylvain Miaka Ouréto. Cela, suite à la visite qu’il a rendue au président-fondateur du parti, début février. Du 1er au 27 du mois passé, il a effectué une visite de travail en Europe au cours de laquelle, il s’est rendu à La Haye au Pays-Bas et à Paris en France. « A La Haye, rappelle le communiqué, monsieur Miaka  a rencontré le président Laurent Gbagbo avec qui il a eu des échanges fort enrichissants ». Le visiteur a ainsi « constaté la très bonne santé physique, morale et psychologique dont jouit » l’ancien chef d’Etat. Miaka Ouréto en a profité pour présenter à son hôte « les encouragements, la sympathie et le soutien » de ses partisans.  Pour sa part, mentionne la note, « Laurent Gbagbo adresse ses salutations à tous ses compatriotes et leur souhaite beaucoup de courage, d’abnégation et de perspicacité  dans la lutte pour la démocratie ». Il a surtout souhaité  le retour définitif de la paix en Côte d’Ivoire, excluant  toute rancœur,  tout ressentiment et  tout esprit  de revanche, a rapporté l’intérimaire. Par ailleurs, la direction du Fpi avait demandé à son président de réactiver les contacts avec le milieu socialiste français, allié du parti. Cela a été fait, se félicite-t-il, car l’émissaire a eu des rencontres avec « plusieurs autorités politiques dont celles du Parti socialiste (Ps) de France. Aussi, Miaka Ouréto a eu des échanges « fructueux » avec d’éminentes personnalités de la classe dirigeante française. Il a, par exemple, parlé avec des représentants du ministère français des Affaires étrangères au Quai d’Orsay, informe le communiqué.
B. I.

LIENS PROMOTIONNELS