Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Économie
Article



Dernières dépêches


Comment

Économie

Opérateurs économiques, Etat et Onu se penchent sur la contribution du secteur privé à la paix et la relance economique
Publié le mercredi 7 mars 2012   |  ONUCI


Politique
© Abidjan.net par PRISCA
Politique : Le representant spécial du secrétaire général de l’ONUCI, Bert Koenders rencontre les membres la Ligue des mouvements pour le progrès (Lmp)
Jeudi 01 mars 2012. Abidjan. Cocody. Siege du CNRD. Bert Koenders a rencontre la LPM. Photo : Le representant du secrétaire général de l`ONUCI Bert Koenders


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


« Le Secteur privé, de par sa place prépondérante dans le développement de l’économie nationale, la création de richesses et le résorption du chômage, en particulier du chômage des jeunes, constitue un facteur important de promotion de la paix et de la cohésion sociale dans notre pays », a estimé lundi 05 mars 2012 à Abidjan, le Ministre d’Etat, Ministre du Plan et du Développement, le Dr Albert Toikeusse Mabri.

Procédant à l’ouverture du forum organisé par l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) avec les opérateurs économiques de Côte d’Ivoire sur le thème : « Contribution du secteur privé dans la consolidation de la paix et la relance économique en Côte d’Ivoire », le Dr. Mabri a rappelé que cet échange intervenait dans un contexte difficile consécutif à une crise post électorale qui a considérablement ébranlé le contexte économique ivoirien.

Le Ministre du Plan, reconnaissant que le rôle du secteur privé sera important dans la relance de l’économie ivoirienne, a rassuré que le Gouvernement a pris des mesures à travers le Plan National de Développement 2012-2015 pour favoriser un environnement économique attractif et sécurisé. Il s’agira, entre autres, de « l’amélioration de l’environnement des affaires, de l’assainissement du cadre macro-économique et du soutien direct au secteur privé par la poursuite de l’apurement des arriérés intérieurs, la création d’une brigade anti- corruption, l’amélioration des indicateurs « doing business » et la mise en place d’un guichet unique pour la création des entreprises », a dit le Dr Mabri.

Pour sa part, le Représentant spécial adjoint du Secrétaire général des Nations Unies pour la Côte d’Ivoire, M. Ndolamb Ngokwey a indiqué que les Nations Unies accordent une place importante à la relance économique de la Côte d’Ivoire. Selon M. Ngokwey, «sans la sécurité, il ne saurait y avoir de reconstruction et de relance économique possible. Les Nations Unies présentes en Côte d’Ivoire - l’ONUCI, les agences, fonds et programmes - sont disposés à soutenir et à appuyer le Gouvernement dans ses efforts en vue du désarmement, de la démobilisation et de la réintégration des anciens combattants de la réforme du secteur, de la liberté et circulation des biens et des personnes sur toute l’étendue du territoire », a indiqué M. Ngokwey.

Le Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Côte d’Ivoire, Jean-Louis Billon, a souligné que le secteur privé a joué sa partition, tout au long de la crise ivoirienne, en permettant au pays de ne pas sombrer dans la faillite malgré les nombreuses pressions subies. Selon M. Billon, outre la crise, qui a mis le pays au ban de la communauté internationale en la privant d’aide extérieure, le secteur privé a subi la pression d’une fiscalité qui avait augmenté au fil des années, d’un environnement sociopolitique et économique hostile, de pillages, de barrages entravant la libre circulation des biens et des personnes et du racket. « Si le rôle du secteur privé dans la relance économique apparait comme une évidence, car étant le moteur de la croissance, sa contribution à la paix est par contre moins visible et pose la problématique de la responsabilité sociétale de l’entreprise », a expliqué M. Billon. « La seule chose qu’il demande à l’Etat, c’est de créer les conditions pour un meilleur exercice de l’activité économique », a-t-il ajouté.

Présentant les objectifs du forum, le Porte parole adjoint de l’ONUCI, Kenneth Blackman, a indiqué qu’il s’agissait pour les participants de partager leurs idées sur la question en vue de contribuer à la reconstruction post-crise. « L’objectif sera de sortir d’ici avec des recommandations consensuelles pour une implication optimale de tout un chacun dans le processus de reconstruction et dans la consolidation de la paix », a-t-il dit. « Des recommandations dont pourront de servir les opérateurs économiques, l’état, l’ONU et les autres instances supranationales pour le bien-être de la Côte d’Ivoire ».

Le forum est structuré autour de quatre sous-thèmes : initiatives nationales en matière de relance économique et de reconstruction post-crise -défis et perspectives et quelle synergie avec la communauté internationale ; la contribution des acteurs économiques dans le processus de reconstruction en Côte d’Ivoire ; environnement sécuritaire et développement des affaires dans le contexte de la relance économique ; bonne gouvernance et lutte contre la corruption.

Cette activité a également enregistré la participation du corps diplomatique, du Ministre de L’Industrie et de la Promotion du Secteur Privé, Moussa Doso, et du Président du Conseil Economique et Social, Marcel Zadi Kessy.

LIENS PROMOTIONNELS