Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Art et Culture
Article



Dernières dépêches


Comment

Art et Culture

Réforme du Burida - Le comité de gestion veut tout changer
Publié le mercredi 14 mars 2012   |  L'expression




Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Dossier

Presse 2012
Le comité de gestion et de restructuration du Burida a présenté hier un premier bilan de son action à la tête de la maison des artistes…

Un mois après son installation, le nouveau comité de gestion et de restructuration du Bureau ivoirien du droit d’auteurs veut intenter un procès contre les différentes administrations qui se seraient rendues coupables d’abus de biens sociaux et de malversations à la tête du Burida. Selon le porte-parole du comité, Fréderic Ehui Meiway, l’état des lieux de la maison des artistes présente un double disfonctionnement organisationnel et financier de la maison. Pour Léonard Groguhet et ses 17 commandos, le plan opérationnel, la gouvernance, les ressources humaines, le cadre juridique, structurel, informatique et infrastructurel du Burida ne sont pas adaptés à une gestion collective efficace des droits d’auteurs. Mais l’inquiétude du comité est plus grande devant le plan financier du bureau. «Selon les états financiers dont nous disposons, le déficit cumulé du Burida à la fin de l’année 2010 s’élève à 4 milliards de Fcfa. Si nous ajoutons à cela les pertes de 2011, nous nous retrouvons à près de 5 milliards de Fcfa de déficit. Cette somme a donc été collectée par les services du Burida, mais n’a jamais pu être reversée aux ayants-droit que sont les auteurs, les artistes interprètes, les producteurs de phonogrammes et de vidéogrammes », a regretté Meiway. Le malheur n’arrivant jamais seul, alors que le Burida voit son état financier se dégrader, la répartition des droits, la principale mission de la maison, connait une régression démesurée sur les dix dernières années. «Les montants effectivement repartis sont passés de 219.315.072 Fcfa pour l’année 2000 à 33.083.959 Fcfa en fin 2011. Dans le même temps, le montant des perceptions, après avoir stagné au début de la crise de 2002, a sensiblement augmenté. Malheureusement, ce surplus, en terme de recette n’a pas profité aux titulaires de droits, car le montant des sommes reparties est largement inférieur au montant correspondant aux 65% des recettes réservés à la répartition », a dénoncé le porte-parole avant de présenter aux journalistes quelques chiffres qui confirment cette violation des statuts du Burida. Le comité de gestion et de restructuration du Burida a également pointé du doigt l’impact des charges de fonctionnement de la structure, notamment la masse salariale et les jetons de présence du précédent conseil qui serait passé du simple au quadruple en l’espace de 10 ans. « Si le Burida était une société commerciale, elle aurait déclaré faillite et mis la clé sous le paillasson. Car de 2005 à 2010, les charges du conseil d’administration sont passées de 28.174.000 Fcfa à 92.629 000 F cfa. Le Burida doit environ 300 millions de Fcfa de dettes à des fournisseurs en plus des 140 millions de Fcfa et 294 millions de Fcfa que la société doit respectivement à la Cnps et à l’Etat de Côte d’Ivoire », a indiqué Meiway. Face à ce tableau sombre, l’équipe du doyen Léonard Groguhet veut prendre des mesures urgentes afin de redresser la situation. Au titre de ces mesures figurent en bonne place l’assainissement du processus de perception et de répartition des droits d’auteur et des droits voisins, l’amélioration de la gouvernance de la société et le rétablissement de la confiance avec l’ensemble des associés et des partenaires du Burida. « Il nous reste beaucoup de choses à valider. Nous sommes en train de statuer sur les différentes propositions de réformes. Nous avons mis en place un comité technique et des commissions qui vont réfléchir sur chaque compartiment du Burida à réformer. Déjà, dans les jours à venir, nous allons publier la liste des ayants-droit pour la répartition du premier trimestre 2012 », a assuré le porte-parole.
Fofana Ali (Stagiaire)
Légende : Le comité de gestion et de restructuration du Burida est enfin sorti de sa réserve pour présenter ses premières propositions.

LIENS PROMOTIONNELS