Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article



Dernières dépêches


Comment

Politique

Dominique Ouattara, Première dame de Côte d’Ivoire : «Je souhaite avoir un rôle de rassembleur»
Publié le mercredi 14 mars 2012   |  L'expression


Football
© Présidence par Zamblé
Football CAN 2012 : Mme Dominique Ouattara offre 5 millions aux Mamans Eléphants
Jeudi 12 janvier 2012. Abidjan. La Première dame, Dominique Ouattara, offre la somme de 5 millions Fcfa à l’association « Les Mamans Eléphants » pour leur permettre d’effectuer le voyage de Malabo en vue de supporter leurs enfants


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


L’épouse du président de la République parle pour la Première fois. Cette Française, qui est en Afrique depuis l’âge de 22 ans, évoque son engagement humanitaire dans un pays meurtri par des mois de conflit.

Vous êtes la présidente fondatrice de Children of Africa, une Ong créée en 1998. Qu’est-ce qui vous a incitée à vous investir dans l’humanitaire ?

J’ai eu cette vocation étant très jeune. J’ai été choquée de voir des enfants vivre seuls, abandonnés dans les rues, alors même qu’en Afrique les familles sont très solidaires. J’ai voulu comprendre et aider.

Quelles sont les principales actions de Children of Africa ?

Nous intervenons en Côte d’Ivoire et dans dix autres pays d’Afrique. Nous menons des campagnes de vaccinations contre la typhoïde et la méningite. Nous distribuons des kits scolaires, faisons circuler un Bibliobus, aidons à la construction d’écoles et centres de santé… Notre foyer d’accueil à Abidjan, ‘’La case des enfants’’, recueille des jeunes livrés à eux-mêmes.

Lors de votre récente visite d’Etat à Paris, vous avez rencontré Carla Bruni-Sarkozy, qui dirige elle aussi une fondation. Avez-vous échangé sur les mécanismes de gestion des fondations humanitaires?

Bien sûr ! Elle m’a d’ailleurs promis de venir très prochainement en Côte d’Ivoire, afin de partager avec nous son expérience, en matière de lutte contre le Sida. J’ai été ravie avec sa petite Giulia, qui est absolument adorable. Nous avons évoqué ensemble nos vies de famille et la difficulté d’être dans la vie publique.


Gala : Première dame de Côte d’Ivoire depuis plus d’un an, d’origine française, vous connaissez toutefois ce pays depuis que vous vous y êtes installée à l’âge de vingt-deux ans avec votre premier époux, qui était professeur d’économie. Quelles impressions gardez-vous de ce premier contact avec l’Afrique?

Lorsqu’on arrive en Afrique, on a un coup de cœur immédiat … ou pas. J’ai pour ma part été séduite par la gentillesse et la chaleur de la population. En Europe, les gens sont plus réservés. Lorsque je suis devenue veuve, à trente ans, j’ai choisi de rester en Côte d’Ivoire. Mon fils et ma fille avaient grandi dans ce pays, j’avais créé mon entreprise immobilière. Une partie de ma famille m’y a d’ailleurs rejointe.

Vous avez épousé le Premier ministre Alassane Ouattara en 1991, et votre vie n’a pas été un long fleuve tranquille. En 2000, vous avez été victime d’une tentative d’enlèvement. En 2002, vous avez dû escalader le mur de votre propriété pour échapper à un attentat…

Lorsque vous devenez l’épouse d’un homme politique, vous devez accepter qu’il y ait des hauts et des bas. Je croyais en l’idéal d’Alassane Ouattara et je n’ai donc jamais senti la nécessité de le décourager. C’est parfois difficile pour l’entourage. Nos enfants, qui faisaient leurs études à Paris, ont eu très peur en 2002, lorsqu’ils ont appris sur RFI que nous étions en danger de mort.


Et puis il y eu le siège de quatre mois, pendant lesquels vous avez vécu aux côtés de votre époux retranchés dans l’Hôtel du Golf. Comment tient-on dans ces moments-là ?

D.O : J’éprouve beaucoup d’amour pour mon mari, c’est ce qui m’a aidée à tenir. J’ai du mal, encore aujourd’hui à en parler. C’était dur de passer Noël sans pouvoir parler à sa famille, de savoir que des exactions étaient commises à l’extérieur. Mais il faut panser les plaies. Tout est fait pour que la réconciliation se réalise. Le chemin est en train de se faire. Il n’y a pratiquement plus de violence.

Gala : Comment concevez –vous votre fonction de Première dame ?

Je souhaite avoir un rôle de rassembleur et travailler en faveur de l’action sociale. Je n’ai pas un rôle politique. J’échange beaucoup avec les autres Premières dames africaines sur les thématiques qui m’intéressent, comme le microcrédit pour les femmes. Nous envisageons aussi d’organiser prochainement un sommet entre épouse de chefs d’Etat d’Afrique de l’Ouest sur le travail des enfants qui nous préoccupe beaucoup.


La petite Dominique, née à Constantine dans une famille nombreuse se voyait-elle Première dame ?

On ne s’attend jamais à cela. C’est peut-être lorsqu’on s’y attend trop, d’ailleurs que cela n’arrive pas !

Parut dans Gala N° 978 du 7 mars 2012

LIENS PROMOTIONNELS