Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Sport
Article



Dernières dépêches


Comment

Sport

Interview / Soro Bakary, (Défenseur ivoirien d’Arles-Avignon, Ligue 2 en France : ‘’Mon heure sonnera un jour chez les Eléphants’’
Publié le lundi 19 mars 2012   |  L'intelligent d'Abidjan




Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Parti de l’Asec Mimosas en 2006, Soro Bakary poursuit son petit bonhomme de chemin. L’ancien capitaine des jaune et noir, après un transfert raté à Charlton en Angleterre, en janvier 2007, a été prêté au Germinal Beerschot d’Anvers en Belgique. Avant d’atterrir en France, à Lorient, puis à Arles-Avignon. Depuis 2012, Arles-Avignon est en Ligue 2, avec le défenseur Soro Bakary. Mais le joueur ivoirien qui est beaucoup sollicité par les Etalons du Faso, veut faire une excellente saison avec son club français pour porter les couleurs de son pays, la Côte d’Ivoire. A 26 ans révolus, l’ex-Mimos se dit prêt à tout pour les Eléphants. L’IA a échangé avec lui, par la magie de l’Internet.
Où en êtes-vous avec votre club d’Arles-Avignon ?
Ça se passe super bien avec mon club. Je suis bien intégré dans l’équipe. Je fais même partie des cadres aujourd’hui. Je me sens bien dans ce club. On a connu un début de championnat difficile. Mais depuis l’entame de la phase retour, on roule au super. On ne fait qu’engranger des points et rattraper un peu le temps et les points perdus lors des matches aller. Je suis content de faire partie des grands acteurs de cette belle remontée au classement.

Avez-vous maintenant digéré votre descente en Ligue 2 après une saison difficile parmi l’élite ?
Nous avons digéré notre descente en Ligue 2. On essaie de repartir sur de nouvelles bases. Ça été difficile, tant sur le plan mental que sportif, mais par la grâce de Dieu et l'aide de ma famille et de mes proches, j'ai pu évacuer tout cela et je me concentre de nouveau sur le championnat actuel.

Cette année, quel est l’objectif d’Arles-Avignon en Ligue 2 ?
L’objectif premier est le maintien. On veut pérenniser le club à ce niveau avant de voir plus grand. Jusqu’à l’année dernière (ndlr, 2011) où on est descendu en Ligue 2, le club restait sur cinq montées successives. Etant donné que la Ligue 1 s’est mal passée pour nous, on va solidifier notre place en Ligue 2 et on verra après.

Et sur le plan personnel ?
Je veux continuer à jouer le maximum de matches et à être performant, comme c’est le cas actuellement. Je veux aider mon club à se maintenir. Après, si je peux avoir une opportunité pour retrouver un club de Ligue 1, ce sera super. Quand on a connu l’élite, on veut forcément y retourner.

Avez-vous des contacts dans ce sens ?
Oui, des clubs de Ligue 1 sont entrés en contact avec moi. Mais dans le foot, quand rien n’est encore signé, il faut se garder de s’enflammer.

Un moment, votre nom a circulé du côté de la sélection burkinabé. Aujourd’hui, qu’en est-il de cette histoire ?
C’est l’occasion pour moi de faire la lumière sur cette affaire. Je voudrais que les gens comprennent qu’il n’y a rien eu de concret entre le Burkina Faso et moi. C’était juste une prise de contact. Les dirigeants burkinabè avaient demandé à me rencontrer, je suis donc allé les écouter. Sinon, je n’ai rien signé avec le Burkina Faso et je n’ai aucun contact avec les dirigeants de ce pays.

Cela dit, il n’a jamais été question pour vous de jouer avec les Etalons ?
Non. La preuve, ils étaient à la CAN ( ndlr ; 2012) sans moi.

Pensez-vous encore aux Eléphants ?
Bien sûr. Je penserai toujours aux Eléphants puisque je suis Ivoirien. En plus, je suis titulaire dans mon club. Je suis à la disposition de mon pays. Si le sélectionneur m’appelle, j’irai en courant. Je mets toutes les chances de mon côté pour intégrer cette sélection. Même si le temps de Dieu n'est pas encore arrivé, je ne désespère pas de retourner un jour en sélection. Mon heure sonnera un jour chez les Eléphants.

La CAN 2013 est-elle un objectif pour vous ?
Cela fait partie de mes objectifs. Je ferai tout pour être à cette CAN. Mais, cela passe par de bonnes performances en club. Je me battrai jusqu’au bout.

Honnêtement, pensez-vous avoir une place dans cette sélection ivoirienne ?
Sans prétention aucune, je dirai que j'ai ma place dans cette sélection. Après avoir joué dans toutes les catégories de la sélection, cela fera partie de l’ordre normal des choses que je sois en équipe A. Je veux apporter ma pierre à l’édifice. J’ai foi en mes qualités. Le bon Dieu fera le reste. Je voudrais profiter de votre lucarne pour faire un coucou à mes fans et leur dire que je ne suis pas mort sportivement.
Réalisée par Annoncia Séhoué

LIENS PROMOTIONNELS