Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article



Dernières dépêches


Comment

Politique

Après la crise postélectorale / SEM Karl Prinz, de passage à l’I.A :‘’Nous avons appuyé le Droit en Côte d’Ivoire’’
Publié le mardi 20 mars 2012   |  L'intelligent d'Abidjan




Vos outils
height=28

PARTAGEZ

L’ambassadeur d’Allemagne en Côte d’Ivoire, SEM Karl Prinz a effectué une visite de courtoisie à la rédaction du quotidien dont vous avez rêvé, dans l’après-midi Du Mardi 20 Mars 2012. Le rôle de l’Allemagne durant la crise postélectorale, la coopération bilatérale entre son pays et la Côte d’Ivoire et les souvenirs qu’il garde de la Guinée, ont été quelques points abordés avec les journalistes de « L’Intelligent d’Abidjan ».

SEM Karl Prinz a officiellement pris fonction en Côte d’Ivoire le jeudi 16 septembre 2011, date à laquelle il a présenté ses lettres de créance au président ivoirien, SEM Alassane Ouattara. Après les organes d’Etat, le choix du diplomate allemand s’est porté sur «L’Intelligent d’Abidjan», première étape d’une série de visites dans les rédactions des organes privés. «J’avais pensé qu’il fallait bien connaître les médias ivoiriens et leurs méthodes de travail. Je ne suis pas venu pour donner des visas, mais pour savoir comment vous travaillez», a précisé d’entrée SE Karl Prinz, reçu par le directeur de publication de l’IA, Touré Youssouf, représentant le directeur général. Ayant vécu la moitié de sa vie professionnelle dans la sous-région ouest-africaine, notamment au Nigéria, en Sierra-Leone, au Libéria, au Mali, en Guinée-Conakry et en Côte d’Ivoire, Karl Prinz a partagé certains souvenirs de la crise postélectorale en Côte d’Ivoire avec les journalistes. «J’ai vécu à Conakry pendant cinq ans et j’ai beaucoup apprécié la démarche populaire vers la démocratie (…) On ne peut pas changer le destin de la Côte d’Ivoire, de la Guinée, du Ghana, du Nigeria, mais on peut soutenir les grands programmes de développement. C’est ce que l’Union européenne, la France et l’ONUCI ont fait après l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire. Et à son départ, l’ambassadeur de France disait que nous avons appuyé le Droit. C’est aussi vrai pour l’Allemagne. Nous pouvons appuyer le Droit, les efforts de la Côte d’Ivoire à travers le 10ème FED, les programmes du FMI et de la BAD et des institutions internationales», a expliqué SE Karl Prinz. Dans son développement, le diplomate allemand a levé le voile sur la politique étrangère mise en place par le gouvernement de son pays, avec à sa tête, la chancelière Angela Merkel. «Nous avons trois piliers importants dans la politique étrangère en Allemagne : le pilier européen, le pilier transatlantique et le pilier culturel, mais la plus grande partie de la coopération avec la Côte d’Ivoire se déroule à travers l’Union européenne, mais il y a aussi d’autres sous-secteurs où nous intervenons», a rappelé Karl Prinz, qui s’est remémoré les moments passés en Guinée, sous Moussa Dadis Camara. «Au début, il disait que si on peut organiser des élections présidentielles dans trois mois, on va les organiser. Malheureusement, il ne l’a pas fait. Je garde de très bons souvenirs de la Guinée, mais cela ne s’applique pas à Dadis Camara. J’ai effectué de nombreux voyages dans ce pays, j’espère que le président Alpha Condé et les opposants pourront trouver un chemin vers la réconciliation, parce qu’il y a un potentiel minier plus grand en Guinée qu’en Côte d’Ivoire», a révélé Karl Prinz. Concernant le dialogue inclusif réclamé par les Etats-Unis, Karl Prinz a noté une réelle volonté dans ce sens. «La Côte d’Ivoire a retrouvé une certaine stabilité. On ne peut pas sortir d’une crise si importante comme la crise ivoirienne, en une année. Mais il y a une volonté politique qui doit être évaluée par le pouvoir et l’opposition», a-t-il suggéré.
Olivier Dion

LIENS PROMOTIONNELS