Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Société
Article



Dernières dépêches


Comment

Société

Interview / Yao Yao Patrice, Secrétaire permanent du Conseil national du Travail : “Nous contribuons au règlement des conflits majeurs en milieu du travail”
Publié le jeudi 22 mars 2012   |  Le Patriote




Vos outils
height=28

PARTAGEZ

La Conseil national du Travail du ministère d'Etat, ministère de l'Emploi, des Affaires sociales et de la solidarité effectue aujourd'hui sa rentrée solennelle. En prélude à cet évènement, le Secrétaire permanent de l'institution, Yao Yao Patrice parle des enjeux de cette rencontre et présente au passage la structure.

Le Patriote : Vous êtes le Secrétaire permanent du Conseil national du Travail. Quelle mission pour cette institution ?

Yao Yao Patrice : Le Conseil national du Travail (CNT) est une institution de veille et de régulation sociale qui a pour mission de faire la promotion du dialogue social dans le milieu professionnel. A ce titre, il a pour rôle de contribuer au règlement des conflits majeurs en milieu du travail, proposer des solutions pour les questions majeures d'ordre économique et social, faire de la prévention des conflits. Le conseil national du Travail est composé de trois grands membres.

LP : Lesquels ?

YYP : Le groupe des employeurs du secteur privé, celui des employeurs du secteur public, donc le gouvernement, et l'ensemble des travailleurs organisés au sein des syndicats notamment au sein des faîtières qui sont les centrales syndicales.

LP : Et comment se fait le dialogue dans le milieu professionnel ?

YYP : Le dialogue en milieu professionnel se fait en fonction de trois choses : la prévention, le règlement et la prospective. Dans le cadre de la prévention, nous avons la possibilité de nous saisir de tout fait qui pour nous, peut constituer un risque de conflit en milieu professionnel et de proposer des avis, des recommandations au gouvernement ou aux parties. Nous avons également les parties prenantes, les partenaires sociaux qui peuvent nous saisir pour certaines préoccupations, notamment dans le cadre des textes qui régissent l'environnent du travail. Il peut arriver que certains textes soient des vecteurs de crise ou de conflits. Ils peuvent nous interpeller pour que nous donnions notre avis. Et le conseil peut apporter son avis par rapport aux politiques de développement. En matière de règlement ou de gestion des conflits, nous sommes appelés à apporter notre contribution aux règlements des conflits majeurs en milieu du travail. En tout cas, pour les conflits collectifs. Ainsi, le cadre d'un conflit, que les parties n'usent pas seulement de la grève comme seule solution. Qu'elles puissent partager, échanger, s'entendre, se mettre ensemble pour trouver des compromis. On s'est rendu compte que tout conflit laisse des traces. Quel que soit la bonne résolution d'un conflit, il va demeurer une adversité entre l'employeur et le travailleur. Ce n'est pas cela que nous souhaitons. Notre objectif, c'est de faire en sorte que les travailleurs et les employeurs soient des partenaires et non des adversaires. Parce qu'ils visent les mêmes objectifs, la prospérité de l'entreprise et la prospérité personnelle en travaillant. Sur le lieu de travail, l'ambiance qui devait régner pour que les gens atteignent leurs objectifs, c'est d'user du dialogue, de l'entente, du compromis, du consensus pour aller vers leurs objectifs. En matière de prospective, il y a un certain nombre de chantiers sur lesquels le CNT peut donner son appui. Par exemple, pour les projets immédiats que nous sommes en train de voir, on n'arrive pas à mesurer à l'heure actuelle, le degré de représentativité des différents syndicats. Il y en a trois qui se disputent la représentativité. Peut-être qu'en réalité, ils ne sont pas suffisamment représentatifs des travailleurs. Il y a certaines centrales qui sont nées depuis longtemps et qui réclament leur représentativité. Voici un ensemble de choses qui nous invitent à court terme, à organiser des élections sociales que nous avons proposées au gouvernement. Ce sont ces différents axes de travail qui nous amènent à communiquer avec le grand public pour dire que nous existons, nous fonctionnons. Nous le ferons au cours de la rentrée solennelle qui aura lieu demain (Ndlr : aujourd'hui)

LP : De quoi sera-t-il question à cette rencontre ?

YYP : La rentrée solennelle est pour nous un prétexte pour communiquer et sensibiliser. Nous avons invité de grands dirigeants et des structures importantes du pays dont une dizaine de ministères, une trentaine d'entreprises, des présidents d'institutions, des chambres consulaires pour leur dire que nous existons et qu'ils peuvent nous saisir. Cette rencontre est présidée par le ministre d'Etat, ministre de l'Emploi, des Affaires sociales et de la Solidarité. Elle est parrainée par le président du Conseil économique et social, Zadi Kessy et se tiendra autour du thème : « L'intérêt d'une institution nationale de dialogue social dans l'objectif de la relance économique post-crise
Réalisée par COULIBALY Zoumana

LIENS PROMOTIONNELS