Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Art et Culture
Article



Dernières dépêches


Comment

Art et Culture

Média/Bagarre pour le contrôle du Synappci/Glodé Francelin (membre fondateur du Synappci) : “Que le congrès se tienne dans le respect des textes”
Publié le vendredi 23 mars 2012   |  Le Patriote




Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Refuser de rester impassible face aux nombreuses manœuvres et violations des textes du Syndicat national des agents de la presse privée de Côte d'Ivoire (Synappci). C'est l'objet de la conférence de presse animée, hier, à l'Agence Ivoirienne de presse (AIP) au Plateau, par Glodé Francelin. Membre fondateur de ce syndicat et, par ailleurs, ex- N°2 de Guillaume Gbato, Secrétaire général sortant, Glodé Francelin s'est insurgé contre les remue-ménages autour du prochain congrès et « le passage en force » qu'envisage le SG sortant du Synappci. « Nous craignons fort que cela ne brise la cohésion au sein de notre syndicat, au cas où quelque candidat à cette élection du nouveau Secrétaire national serait tenté de faire un passage en force», a-t-il indiqué. Celui qui dit avoir consacré sa vie syndicale à bâtir la crédibilité du Synappci auprès de feu Cendres Glazaï, souhaite que « le prochain congrès se tienne dans le strict respect des textes ». Car, a-t-il fait savoir, « les dates du 6, 7 et 8 avril 2012, ne sont pas conformes aux textes. Parce qu'elles ont été fixées seulement le 17 mars dernier. Alors que les membres du congrès doivent être convoqués au moins trente (30) jours avant la tenue de celui-ci».
En sus, Glodé a salué la volonté du bureau sortant et le comité ad'hoc, dirigé par Jean-François Koffi de Star Magazine de sortir le Synappci du vide juridique occasionné par la forclusion du mandat de Gbato. Il a également invité ces deux instances à clarifier la composition du collège électoral. Tout en se référant aux statuts et règlement intérieur, il a fait remarquer que le congrès est composé du Conseil syndical, du Bureau Exécutif National (BEN) et des membres des sections dûment mandatés. C'est pourquoi, a-t-il suggéré, « Pour la transparence dans l'élection du prochain SG, nous pensons qu'il est bienséant de communiquer la liste du corps électoral aussi bien aux délégués qu'aux différents candidats». L'autre sujet, qui a polarisé l'attention au cours de cette rencontre, c'est la gestion des finances du Synappci. Donnant quelques informations avec documents à l'appui, le conférencier s'est dit outré par « la gestion solitaire des finances » par le SG sortant avec des décaissements estimés à « trente millions » alors que toute transaction devait se faire par une double signature. « C'est cette gestion qui a fait que la trésorière, Josiane Badé, a démissionné. Moi je devais le faire depuis bien avant, mais nous étions en négociation pour l'application de la Convention au point d'indice de 1 900», a-t-il ajouté, pour justifier sa « démission tardive». Justement, au sujet du point d'indice de la Convention, Glodé a dénoncé « la trahison » du SG sortant : « Avec l'arbitrage du CNP, nous étions d'accord avec les patrons de presse sur le point d'indice de 1700. Mais, grande fut ma surprise de savoir que, de façon solitaire, Guillaume Gbato a signé le point d'indice de 1400».
Au terme d'une conférence qui a suscité beaucoup d'intérêt de la part des journalistes venus nombreux, Glodé a réitéré sa volonté de poursuivre la lutte pour l'amélioration des conditions de vie et de travail des agents de la presse privée de Côte d'Ivoire. Entouré de Frimo Koukou du journal " LG Infos" et de Guy Tressia du site "le banco.net" le conférencier n'a pu déclarer, si oui ou non, s'il est candidat à la succession de Guillaume Gbato. A ce sujet, il s'en remet aux jours à venir. Mais, pour lui, après six années passées à la tête du Syndicat « Gbato devrait passer la main».
Edgar Kouassi

LIENS PROMOTIONNELS