Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article



Dernières dépêches


Comment

Politique

Côte d`Ivoire : pédagogie de la réconciliation pour surmonter les rancoeurs
Publié le mardi 10 avril 2012   |  AFP


Caravane
© Ivoire-Presse par FN
Caravane de la réconciliation de la Commission Dialogue, vérité et réconciliation: Charles Konan Banny à Adzopé
Les 17 et 18 février 2012. Le président Charles Konan Banny et son bureau ont sillonné les régions de l’Agneby et de la Mé pour encourager les populations à la réconciliation


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Aboisso (Côte d`Ivoire) - "La réconciliation s`impose à nous aujourd`hui". Le député d`Aboisso, une ville du Sud-Est ivoirien proche d`Abidjan, parcourt sa région en pédagogue: il s`agit de réapprendre à vivre ensemble, un an après la fin d`une crise politique qui a meurtri le pays.
"C`est une réalité: près d`un an après, la réconciliation n`est pas totalement acquise. Il y a les rancoeurs, la haine, la méfiance", professe, micro en main, Eugène Aka Aouelé, devant le groupement des femmes d`Adjouan, village de planteurs tout proche, au coeur d`une région agricole où cohabitent des communautés venues de tout le pays.
L`ancien ministre, également président du conseil général, a mis à profit le week-end de Pâques pour inviter ses administrés à tourner la page de la crise née du refus de l`ex-président Laurent Gbagbo de reconnaître sa défaite à l`élection de novembre 2010, qui a fait quelque 3.000 morts et s`est achevée par deux semaines de guerre.
Sur la place du village noyée de soleil, cette figure du Parti démocratique de Côte d`Ivoire (PDCI) de l`ex-président Henri Konan Bédié - le grand allié du chef de l`Etat Alassane Ouattara - pointe devant des dizaines de femmes les "mauvais sentiments découlant de la crise".
Le politicien sexagénaire à la voix traînante renvoie dos à dos "ceux qui se comportent comme des vainqueurs, martelant +c`est notre tour+, et d`autres qui attendent pour reprendre le dessus et régler des comptes".
"Si nous voulons être utiles à notre région, nous devons aller résolument et sincèrement à la réconciliation", assène-t-il.
Responsable des femmes originaires du nord du pays, Djénéba Coulibaly approuve: elle veut croire que ce discours fera "bouger les choses".
Jusque-là "on était séparées, on ne s`entendait pas, on se boudait, se regardait en chiens de faïence sur le marché entre femmes de différentes sensibilités politiques", raconte-t-elle.

Foot et mariages

Terre de cacao, dont la Côte d`Ivoire est le premier producteur mondial, mais aussi de palmier à huile et de caoutchouc, la zone attire de la main d`oeuvre de toutes les régions.
Par Aboisso sont aussi passés de nombreux partisans de M. Gbagbo fuyant au
Ghana voisin pendant et après la crise, et beaucoup y vivent encore, alimentant parfois dans le camp Ouattara craintes et fantasmes de complots.
Aux barrages routiers on observe une forte présence policière et militaire.
Contrairement à Abidjan et plus encore à l`Ouest, la région n`a pas connu de destructions importantes durant ces mois de tourmente, mais les plaies restent vives.
Dans le village de Bakro, au bout d`une route poussiéreuse traversant une plantation industrielle de bananes, l`arrestation de M. Gbagbo le 11 avril 2011 avait déclenché des affrontements intercommunautaires.
Les plantations d`hévéa des Attié (ethnie considérée comme pro-Gbagbo) ont été détruites par des Malinké (pro-Ouattara), en riposte à l`incendie des champs de cacao de ces derniers.
A chacun ses traumatismes. Sous Laurent Gbagbo, "nous avons vécu dans la peur, la hantise", confie le jeune Mamadou Ouattara, responsable des Malinké.
Pour Paul Aké, son homologue côté Attié âgé d`une cinquantaine d`années, l`après-Gbagbo a commencé comme "un cauchemar" pour les siens.
Le chef du village Francis Koffi Kouakou a alors "envoyé en mission" ses notables. "Ils ont parcouru à moto ou à vélo les hameaux les plus reculés pour porter le message de pardon", dit-il, désormais satisfait: "les jeunes jouent au football sans distinction politique" et "les mariages intercommunautaires ont repris".
"Nous sommes condamnés à vivre ensemble", constate le Malinké Mamadou Ouattara, marié à une Attié avec qui il a eu trois enfants.

ck/tmo/ej

LIENS PROMOTIONNELS