Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article



Dernières dépêches


Comment

Politique

Détention d`armes : Ce qui va changer - Des Ivoiriens coincés
Publié le vendredi 4 mai 2012   |  L'Inter


Sécurité
© Ministères par SECOM Gendarmerie nationale
Sécurité : la Brigade de sécurité de la gendarmerie nationale met en déroute un gang de malfaiteurs
Dans la nuit du 22 au 23 mars 2012, des braqueurs de domiciles ont été mis en déroute par une patrouille de la Brigade de Sécurité de la Gendarmerie Nationale, à Cocody Danga


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Des choses vont changer au niveau des conditions pour la détention d`armes de petits calibres en Côte d`Ivoire. Pour ce faire, l`Etat ivoirien a décidé de procéder au marquage de toutes ses armes. « Le marquage se fera dans un premier temps sur les armes en stock », a indiqué le Général Désiré Adjoussou, président de la Commission nationale de lutte contre la prolifération des armes légères et de petits calibres(COMNAT-ALPC). C`était à l`ouverture d`un séminaire national sur le marquage des armes et le logiciel pour l`enregistrement des données, qui se tient depuis le 2 mai 2012 à l`Ecole de la Gendarmerie à Cocody. Dans le cadre de ce projet financé sur trois ans par l`Union Européenne, la Côte d`Ivoire bénéficie de deux machines et d`une formation sur leur utilisation. « Cela facilitera désormais un suivi systémique des armes légères et de petit calibre, depuis le fabricant jusqu`à l’utilisateur final », a-t-il ajouté. Avant d`estimer qu`il s`agit d`une grande avancée qui contribuera à mener le combat contre la prolifération et la circulation illicite des armes. On s`en souvient, le ministre d`Etat, ministre de l`Intérieur Hamed Bakayoko avait fait savoir qu`il mettait un terme aux anciens permis de port d`arme en Côte d`Ivoire. Il avait par conséquent invité les détenteurs de ces permis à les déposer auprès de ses services compétents. « Depuis un mois que nous avons lancé l`opération, nous n`avons enregistré que 38 permis de port d`arme. C`est peu », nous a confié un membre de son cabinet. Sur les raisons de ce manque d`engouement, nos sources révèlent ceci : « De nombreux Ivoiriens ont acquis cesdits documents de façon irrégulière. Ils ont peur qu`on découvre cette fraude ». « En clair, l`existence de circuits parallèles pour l`acquisition de permis de port d`arme était un fait indéniable ; il fallait y mettre fin, pour la sécurité des Ivoiriens », ajoute-t-il. D`ailleurs, il a été demandé aux Etats membres de s`assurer que pour l`acquisition de toute nouvelle arme légère et de petits calibres, le marquage classique et sécurisé y soit appliqué, conformément aux dispositions de l`article 18 de la convention de la CEDEAO sur les armes légères et de petit calibre. Toute arme doit désormais avoir le marquage suivant : le logo de la CEDEAO, le numéro de série, l’identification du fabricant, l`identification du pays de fabrication, l`année de fabrication, le code d`identification ISO 3181( ou Alpha 2) du pays importateur, l`année d`importation, l`identification de l`institution qui est supposée utiliser les armes. « Personne ne pourra effacer ce marquage car pour la vérification, on fait passer l`arme au rayon laser », prévient notre source. Celui-ci explique que ces dispositions visent à assurer une meilleure traçabilité des armes et éviter que certains pays prêtent leurs armes à d`autres Etats, dans le cadre des conflits.

Bertrand GUEU

LIENS PROMOTIONNELS