Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Économie
Article



Dernières dépêches


Comment

Économie

Promotion de l’hévéa en zones rurales : Plus de 7000ha de terres cultivables mises en vente
Publié le samedi 19 mai 2012   |  Le Temps




Vos outils
height=28

PARTAGEZ

Le gouvernement ivoirien s’est fixé comme objectif d’atteindre à l’horizon 2020, plus de 300.000 ha de plantations d’hévéa. Pour aider les autorités à réussir ce pari, la société Kanji Sarl, se propose d’inciter les populations villageoises et urbaines à investir dans l’hévéaculture. L’information a été donnée au cours d’une conférence de presse qu’a animée, le directeur général de cette structure le vendredi 18 mai 2012 à Treichville. «Notre structure sensibilise les propriétaires n’ayant pas de moyens de créer des plantations à mettre à sa disposition des terres propices à l’hévéaculture pour qu’elle se charge de trouver des partenaires financiers. Afin de créer des plantations par le système de métayage c’est-à-dire par un contrat de jouissance sur une période de 50 ans. Ainsi la ou le propriétaire terrien reçoit le 1/3 et le partenaire financier récupère les 2/3», a expliqué M. Tapé Tapé Etienne, Dg de Kanji. L’obtention d’une surface cultivable auprès de cette société, s’élève pour un ha à 1,5 million F.cfa. Les tarifs proposés, ajoute le conférencier, prennent en compte tous les frais nécessaires jusqu’à l’entrée en production des champs. En retour, sa société fournit toute l’expertise pour la création de la plantation. M. Tapé a souligné que des terres sont toujours disponibles tant pour les personnes physiques que morales. Ce sont plus de 7000 ha de terres cultivables qui ont été recensées, à Daoukro, Tiassalé, Divo, Oumé et Toumodi. Se voulant rassurant, M. Tapé a indiqué que toutes les précautions sont prises pour sécuriser les opérations. «En effet le ministère de l’Agriculture à travers les directions départementales de l’agriculture, intervient pour la certification et l’identification effective des parcelles ainsi que leurs propriétaires et la rédaction des clauses du partenariat par l’établissement de cadastres et de certificats fonciers. Ensuite vient l’intervention du notaire pour authentifier les contrats de bail», a confié le Dg de Kanji.
Fabrice Tété

LIENS PROMOTIONNELS