Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Société
Article



Dernières dépêches


Comment

Société

Licenciement des 415 responsables administratifs / La CEI rassure : toutes les promesses seront tenues…
Publié le lundi 21 mai 2012   |  Ivoire-Presse


Sortie
© Commission Electorale Indépendante par DR
Sortie de crise: la CEI fait son bilan en présence du Président Youssouf Bakayoko, pour mieux affronter les élections locales
Mercredi 18 avril 2012. Grand-Bassam. Ceremonie d’ouverture d’un atelier d’évaluation des dernières élections par la Commission Electorale Indépendante (CEI)


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Videos
Ils sont au total 415, eux sont les Ex-Responsables Administratifs à la Commission Electorale Indépendante. Après les élections présidentielles et législatives auxquelles ces Agents électoraux ont pris une part active à l’organisation, ils se sont vus remerciés par leur employeur, le 02 mai dernier pour non renouvellement de leur contrat.

Ce pendant, cette rupture de contrat ne semble pas être du goût des déflatés qui n’ont pas manqué de manifester leur mécontentement à travers un sit-in devant les locaux de la CEI à la villa Angoua. En effet, si la rupture de la relation de travail en elle-même, ne souffre d’aucune ambiguïté, la pomme de discorde se situerait au niveau de l’évaluation des droits pécuniaires à verser aux travailleurs. Tandis que la CEI évalue le solde de tout compte à 400.000 FCFA par personne, les Ex-employés voient une spoliation de leur dû et s’y opposent. Les deux parties ne vont pas de mains mortes, elles disent détenir des arguments de droit pour soutenir leurs positions respectives. Le déflatés que nous avons pu joindre, visent une rupture abusive d’un contrat de travail à durée déterminée à son origine, et mu en un contrat à durée indéterminée de manière tacite. Analyse trop légère que la CEI réfute, avec preuve à l’appui, et fait valoir le caractère précaire du contrat qui organise leurs rapports professionnels.

Du côté de la Commission électorale indépendante, la réplique est sans ambages: « Les responsables administratifs ont été recrutés à titre précaire, parmi des étudiants, des retraités, et des fonctionnaires et travailleurs en fonction, pour une tâche précise, liée à l’organisation des élections de sortie de crise, la présidentielle et les législatives qui sont achevées. Du coup, leur maintien en fonction ne se justifie plus, car ils ne serviront à rien le temps qui nous sépare des prochaines échéances électorales prévues dans cinq ans. C’est bel et bien un contrat à durée déterminée, je dirai même un contrat à la tâche, ça n’appelle aucune autre interprétation… ». A la question de savoir si les droits ont été liquidés, notre interlocuteur à la CEI répond que l’institution tiendra ses promesses vis-à-vis de ses Ex-employés. « Les arriérés de solde, le salaire du mois d’avril, ont été payées, les indemnités de départ vont suivre, nos services vont procéder les jours à venir à l’inventaire du matériel placé sous la responsabilité des Agents, suivra immédiatement l’apurement des sommes proposées ». Avant d’ajouter que ce n’est pas un plaisir pour les autorités de la Commission Electorale de mettre fin à une collaboration qui a pourtant tenu toutes ses promesses. « Mais que voulez vous que l’on fasse ? La Commission n’a pas d’argent pour embaucher à titre définitif 415 personnes, qui plus, seront payées à plus de 85 Millions de francs par mois, à ne rien faire, parce que la CEI n’a aucune mission à leur confier pour le moment. Que nos ex collaborateurs à qui nous ne reprochons rien, comprennent qu’à l’impossible nul n’est tenu, nous ne saurions faire autrement » a insisté notre source.

Edgar Kouassi

LIENS PROMOTIONNELS