Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article



Dernières dépêches


Comment

Politique

Quel Pdci-Rda après le Bureau politique du samedi 02 juin 2012 ?
Publié le vendredi 1 juin 2012   |  Le Nouveau Réveil


Réunion
© Abidjan.net par Emma
Réunion de crise du Pdci-Rda sous haute tension: Le Bureau politique dit non à un congrès extraordinaire et à une nouvelle candidature à la présidentielle
Mercredi 14 juillet 2010. Abidjan, Maison du parti, à Cocody. La réunion du Bureau politique se tient sous très haute tension.


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Le samedi 02 juin 2012, les militants du Pdci-Rda, le plus ancien parti politique ivoirien, vont prendre date avec l`histoire comme ils l`ont d`ailleurs fait ces vingt dernières années. Henri Konan Bédié, président de ce parti, convoque à une réunion les membres du Bureau politique. Ce Bureau politique du 02 juin, au regard de l`intérêt qu`il suscite, a valeur de pré-congrès, voire de congrès tant les passions sont à fleur de peau. La question que les militants se posent, et par-delà tous les Ivoiriens, est toute simple: quel Pdci-Rda après le conclave du Bureau politique ? En fait, et on l’aura compris, et le président Henri Konan Bédié en tout premier lieu : il s’agit de la nécessaire mutation dans la cohésion interne, si je puis me permettre ce pléonasme, au sein de la famille du Pdci-Rda. Cette quête fondamentale, les militants du parti sexagénaire ont eu à se la poser et à l’expérimenter plus d`une fois. A la mort du président Houphouët-Boigny, le 7 décembre 1993, les cassandres avaient prédit la déconfiture, pour ne pas dire, la mort du vieux parti. Houphouët mort, morte également son oeuvre, le Pdci-Rda. Mais, c`était sans compter avec la finesse et la maestria de son successeur, Henri Konan Bédié. Homme d`adhésion et de conviction. Il a rassemblé les militants de son parti. Et la Côte d`Ivoire a continué sa marche glorieuse dans la paix. Jusqu`au jour fatidique du 24 décembre 1999 où un coup d`Etat bête et inutile, perpétré par les ennemis de la Côte d`Ivoire, est venu mettre fin à un régime qui avait engagé notre nation dans la voie d`un pays émergent, industrialisé en l`espace d`une génération. Que n`avons-nous entendu après ce coup de force? Ici aussi, les militants du parti sexagénaire vont démontrer leur capacité de dépassement. Dans la cohésion, cette expression est d’importance, ils vont faire bloc autour de leur chef. Les traîtres et ennemis de l`intérieur sont vite débusqués et neutralisés. Bédié est maintenu à la tête du Pdci-Rda. Et, en 2001, le Sphinx de Daoukro est rentré triomphalement dans son pays, accueilli comme un chef d`Etat qu`il était. Les militants ne vont pas s`arrêter aux détails d`un accueil triomphal. Ils vont faire mieux et démontrer mieux comme pour conjurer un sort qu’au Pdci-Rda, on ne badine pas avec la cohésion et la vie du parti. Au 11ème congrès, tenu du 4 au 7 avril 2002 à l`hôtel Ivoire, ils vont prouver à la Côte d`Ivoire et au monde ce qu`on appelle conviction et fidélité à des idéaux. Tous ceux, qui voulaient lancer une Opa (offre publique d`achat) sur le Pdci-Rda pour Laurent Gbagbo, sont ici aussi débusqués et neutralisés. Leur chef de file, pour cacher son camouflet, s`en ira créer un club de soutien au nouveau pouvoir d`alors. Le Pdci-Rda, grâce à sa cohésion interne, est resté solide sur ses bases. Jusqu`à ce que la Côte d`Ivoire se retrouve sous la dictature des refondateurs. Le Pdci-Rda, sous la conduite éclairée d`Henri Konan Bédié, va démontrer son amour pour son pays. Le 18 mai 2005, le plus ancien parti politique s`engage dans une aventure. Bédié réunit autour de lui ses jeunes frères, Alassane Ouattara du Rdr, Anaky Kobena du Mfa, Mabri Toikeusse de l`Udpci, pour créer le Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp). L`esprit des textes de ce rassemblement est clair: on entre en alliance pour combattre l`ennemi commun; mais, chaque parti conserve son autonomie. C`est sur cette base que le Rhdp part en compétition pour le 1er tour de la présidentielle ivoirienne en octobre 2010. Le Pdci-Rda perd parce qu`on a volé à Bédié 964.000 voix. Au nom de la paix, et l`ancien ambassadeur de France le disait dans une interview, Henri Konan Bédié a abandonné toute contestation des résultats. Mieux, le Sphinx de Daoukro a lancé son appel historique à ses militants à voter le candidat du Rdr au 2è tour. Selon l`esprit du Rhdp. On ne le dira jamais assez: sans l`apport du Pdci-Rda, le Rdr ne serait pas venu à bout du dictateur des Lagunes. Conscient du poids de Bédié, Alassane Ouattara promettait, déjà, à son parti le poste de Premier ministre avant la compétition du 2è tour. Promesse qui sera, d`ailleurs, tenue. Au nom de l`alliance. C`est aux législatives que l`alliance va prendre du plomb dans l`aile par la faute, il faut le dire, de certains militants du Rdr d`Alassane Ouattara. Les militants du Pdci-Rda sont frustrés. N`ayons pas peur des mots. L`impression qui se dégage est que l`alliance tend à affaiblir le Pdci-Rda. Ces nombreux cadres du parti qu`on avait mis à la touche pour leur appartenance politique, sont encore à faire le pied de grue, alors que l`allié est au pouvoir. Pis, l’allié n`oublie pas les siens. Les militants du Pdci-Rda ressentent tous ces comportements comme de l`injustice. Ils voudraient comprendre pour ne pas connaître la même déconfiture qu’aux législatives, lors des élections communales et régionales. D`où leur interpellation en direction de leur chef. Bédié les a compris. Ce qui justifie la convocation du Bureau politique, préparé par des travaux en commissions. C`est dire que le président du Pdci-Rda, en dirigeant éclairé, loin des cacophonies, attache du poids à ce qui vient des militants. Ce qui signifie aussi que la recherche de la cohésion interne doit guider tous les militants. C’est le vrai sens qu’il faut donner à la rencontre du samedi 02 juin 2012. Il s’agit, face à l’adversité, de rendre le Pdci-Rda fort dans l’union et la cohésion. Ceux, qui vont se rendre à la Maison du parti ce samedi, ne doivent avoir pour seul souci que de rendre le parti inébranlable sur ses bases, autour du chef, Bédié. Il est heureux que les militants aient compris cet objectif. Un grand parti comme le Pdci-Rda ne va servir de faire-valoir, fût-il, au sein d’une alliance. « Les esclaves volontaires font plus de tyrans que les tyrans ne font d’esclaves forcés ». Le Bureau politique se réunit, le président l`a dit, pour faire "des réglages". Les militants attendent. Le Rhdp attend. La Côte d`Ivoire attend. Même le monde entier attend. Ce Bureau politique du 2 juin 2012 a valeur de congrès. Il porte une symbolique charge. Le Pdci-Rda va-t-il se départir de ce qui a toujours été sa force, la cohésion interne ? Dans cette attente, il est un paramètre qui conforte les uns et les autres: c`est le même Henri Konan Bédié qui, depuis plus de 40 ans, dépense, et son intelligence, et son énergie, et son argent, sans compter pour le Pdci-Rda, le parti si cher à son coeur. Le Sphinx de Daoukro, plus que tout autre militant, sait que le Pdci-Rda ne gagne rien à être le maillon faible de l`alliance des Houphouétistes ; que le Pdci-Rda ne gagne rien à sacrifier ses cadres, sa jeunesse et ses femmes. Sur ce plan, les militants peuvent être rassurés. Le parti fondé par Félix Houphouët-Boigny ne perdra pas son âme. A la seule condition d’être soudés et forts, oui cohésion, cohésion toujours autour de Bédié, pour réclamer, à juste titre, d’ailleurs, à l’autre ce qu’on nous doit pour notre contribution à la victoire.
Par Denis Kah Zion

LIENS PROMOTIONNELS