Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article



Dernières dépêches


Comment

Politique

Politique : Communiqué du porte-parole principal du Rdr, suite à la déclaration du Fpi
Publié le vendredi 15 juin 2012   |  Partis Politiques


2è
© Abidjan.net
2è tour de la présidentielle 2010: Le porte-parole principal du candidat du RHDP, Albert Mabri Toikeusse face à la presse
Mercredi 17 novembre 2010. Abidjan. Maison du RHDP à Cocody Ste-Marie. Le porte-parole principal du candidat Alassane Ouattara, Albert Mabri Toikeusse anime une conférence de presse, entouré de son équipe composée de Maurice Kakou Guikahué, Joël N’Guessan (photo) et Mme Anne Ouloto


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Nous avons été choqués et indignés par les propos tenus par Monsieur Akoun Laurent relativement à la découverte d’un projet de déstabilisation de la Côte d’Ivoire par des militaires et personnalités civiles proches de l’ex Président ivoirien, Laurent Gbagbo, actuellement en détention à la Haye pour crimes contre l’humanité. Cela confirme que le FPI continue dans sa logique du déni permanent.

L’argument de la guerre du cacao avancée par le FPI

Les cadres et leaders du FPI me surprendront toujours tellement ils sont aux antipodes des réalités politiques du moment en Côte d’Ivoire et dans le monde. Le Ministre d’Etat, Ministre de l’Intérieur est passé à la télévision ivoirienne pour démontrer avec preuves à l’appui le projet de déstabilisation de notre pays que les nostalgiques des coups d’états voulaient mettre en œuvre. Il se trouve que les personnes qui avaient ce funeste projet sont des militaires et cadres proches de l’ancien régime. Les preuves sont irréfutables. Alors que vient faire cette affaire de guerre du cacao dans une tentative de coup d’état. Au passage, je fais remarquer au Sieur Akoun Laurent et au FPI qu’ils sont mal placés pour parler du cacao. Ce sont eux qui ont spoliés les pauvres paysans en volant et détournant plus de 600 Milliards de F CFA de ce qui devait permettre de construire des routes, des hôpitaux et des écoles pour ces mêmes paysans. Le procès sur le scandale de la filière café cacao est en cours et cela devait suffire pour que les militants du FPI et de leurs principaux dirigeants aient le profil bas. Il n’y a pas de guerre du cacao en Côte d’Ivoire. Alors que le FPI dans l’opposition avait promis aux paysans de payer leurs produits à 2000 FCFA voir même 3000 F CFA le KG, il se trouve que les dirigeants du FPI ont laissé en héritage au Président OUATTARA un secteur pillé où des individus, cadres du FPI, qui n’avaient aucune plantation devenaient multi milliardaires au détriment des valeureux paysans qui voyaient au fil des années leurs revenus baisser de manière drastique. Nous leur conseillons sur ce sujet de se taire et surtout d’arrêter dans l’intoxication, leur jeu favori, auquel plus personne ne croit encore. Ces dix dernières années où le FPI était au pouvoir, aucune multinationale du secteur café cacao n’a spolié les paysans ivoiriens. Les honteux contrats miniers et pétroliers signés par les leaders du FPI sont là aussi pour démontrer que ce sont les cadres du FPI qui avaient un appétit pécuniaire sur les ressources naturelles de notre pays. Les audits ont été menés et le jour ils seront publiés, les ivoiriens et la communauté internationale comprendront que ce parti était au pouvoir pour jouir des richesses de notre pays et non pour apporter le bien être aux ivoiriens.
Dans son communiqué, le FPI dit, entres autres, ceci :

« Après la dernière visite controversée du procureur Ocampo qui a révélé ses accointances avec le pouvoir et face à la quasi-certitude grandissante conduisant à la très probable libération de Laurent Gbagbo en raison de la faiblesse des preuves contre lui, Alassane Ouattara sentant l’étau se resserrer autour de lui a décidé de monter au créneau.

Objectif :

1° charger à fond Laurent Gbagbo la veille de son procès en le faisant passer pour "un criminel" qui refuse de se repentir en continuant de semer la mort en Côte d’Ivoire.

2° Réduire au silence les partisans de Laurent Gbagbo.

Nous faisons remarquer que le Président Laurent Gbagbo n’a plus besoin d’être chargé par qui que ce soit. Les faits et les actes commis par ses partisans sous son autorité pendant la crise postélectorale sont suffisamment probants pour attester que des crimes contre l’humanité ont été commis et que pour cela il devra répondre devant les juridictions internationales de ces crimes. Alors nous conseillons à nos amis du FPI d’être moins fébriles. De la même manière que le Ministre d’Etat, Ministre de l’Intérieur, Hamed Bakayoko a produit des preuves irréfutables de leur projet de coup d’état, le Procureur de la Cour Pénal dispose d’éléments convaincants pour faire confirmer par les juges de la CPI les charges retenues contre l’ex Président ivoirien. Nous leur conseillons de se réduire eux-mêmes au silence car ils ont trop fait de mal à la Côte d’Ivoire et aux ivoiriens. Le silence est parfois source de sagesse surtout quand on est pris la main dans le sac avec une tentative de coup d’état qui n’a pas prospéré.

Massacre des soldats onusiens. Le FPI dit ceci :

Cela dit, la vérité à propos du scenario macabre de l’assassinat des soldats onusiens la vérité, est connue de tous à l’Ouest ainsi que de Ouattara et de ses ‘sécurocrates’. Les sept casques bleus ont été tués le 08 juin dans une embuscade tendue par les mercenaires burkinabé qui au nombre de quelques 3 000 aidés par les Dozos opèrent sous les ordres de Amadé Nouréimi bien connu du régime Ouattara.

Nous savons que le FPI n’a aucune compassion pour une quelconque victime des tristes évènements que la Côte d’Ivoire connait depuis leur accession au pouvoir. C’est dommage que des personnes qui prétendent avoir épousés l’idéal socialiste soient aussi déshumanisées. Aucune compassion ne sort de la bouche ni des écrits des cadres du FPI. A chaque évènement grave, ils clament qu’ils sont blancs comme neige et que c’est toujours la faute des autres. Et dire qu’une partie de la population ivoirienne s’est laissée intoxiquée et bernée par ces cadres du FPI pendant plus de deux décennies, depuis l’irruption regrettable de ce parti sur la scène politique ivoirienne en 1990. De toute façon, les enquêtes en cours permettront sans aucun doute d’établir un lien entre l’assassinat des casques bleus onusiens à l’ouest de la Côte d’Ivoire et le projet funeste avorté de déstabilisation de la Côte d’Ivoire fomenté par les cadres civils et militaires du FPI. Ils ne perdent rien pour attendre.
Appel lancé par le FPI au Président Français, François Hollande, et à la dignité des peuples africains et à la souveraineté de leurs Etats.

Vraiment, le FPI est le plus « grand parti » en matière de contradictions politiques. Comment comprendre que ce parti, (dans sa logique de démagogie et d’intoxication), lance un appel à la dignité et à la souveraineté des peuples africains et en même temps réclame l’ingérence et l’intervention du Président Français dans les attentes des peuples d’Afrique et de Côte d’Ivoire. Frères du FPI ! François Hollande, le Président de la France que vous ne cessez d’insulter est il devenu subitement panafricaniste ? Soyez au moins une fois logiques dans votre démarche intellectuelle et politique. Nous comprenons que vous soyez aux abois après la découverte de votre complot d’atteinte à la sureté de l’Etat ivoirien. Nous vous demandons de reconnaitre humblement vos erreurs et fautes comme l’a fait l’ex Ministre d’Etat, Ministre de la Défense, Monsieur Lida KOUASSI et venir humblement apporter votre contribution à la reconstruction de la Côte d’Ivoire sans rancœurs, ni rancunes, ni animosités.

Le Porte parole principal du RDR

Le Ministre Joël N’GUESSAN

LIENS PROMOTIONNELS