Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Économie
Article



Dernières dépêches


Comment

Économie

Retard dans le règlement des factures des marchés Publics : Les banquiers disent leurs vérités à l’Etat
Publié le lundi 16 juillet 2012   |  Le Temps


Le
© Autre presse par DR
Le Président de l`Association des professionnels des banques et établissements financiers de Côte d`Ivoire (APBEF-CI), Souleymane Diarrassouba


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


«Les banques et le financement de la commande publique ». C’est le thème d’un séminaire organisé du 12 au 13 Juillet 2012 par la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique, en collaboration avec l’Association Professionnelle des Banques et Établissements Financiers de Côte d’Ivoire (Apef-CI). Cette importante rencontre qui a duré deux jours à Nsa Hôtel de Grand-Bassam, avait pour objectif de plancher sur le rôle des banques du préfinancement de la commande publique. Quand on sait que le secteur bancaire joue un rôle essentiel en matière de financement des activités économiques. A ce titre, il constitue l’un des piliers de la relance de l’économie ivoirienne. A l’ouverture des travaux, M. Adama Koné, Directeur général du Trésor et de la comptabilité publique a loué l’excellente collaboration qui existe entre les banquiers et le Trésor Public. Avant de leur dire qu’après la crise, les besoins en investissements se sont accrus. « Tenant compte de ces besoins, le budget 2012, a prévu un niveau d’investissements publics de l’ordre de 620,3 milliards de F.cfa qui devrait induire un taux de croissance du Pib de 8,1%. Pour 2013, les prévisions d’investissements devraient approcher 800 milliards de F.cfa avec un taux de croissance de l’ordre de 9%. Il faut en capter le maximum» a dit le Dg du Trésor Public. M. Souleymane Diarrassouba, le Président de l’Association Professionnelle des Banques et Etablissements Financiers de Côte d’Ivoire( Apbef-Ci) a indiqué que le problème du règlement par l’administration des sommes dues aux titulaires de marchés publics est un gros écueil sur le front du financement de la commande publique. «Il n’est en tout cas pas de nature à inciter à un gros financement hardi de la commande publique» a dit M. Diarrassouba. Invitant le gouvernement ivoirien à des actions vigoureuses allant dans le sens des reformes et d’une plus grande célérité dans le processus de passation de la commande publique. Au nom du gouvernement ivoirien, le ministre de l’Economie et des Finances, Charles Diby Koffi, leur a demandé de faire confiance à l’Etat de Côte d’Ivoire, surtout après l’atteinte du Point d’Achèvement.
Bamba Mafoumgbé

LIENS PROMOTIONNELS